Lutte contre la fistule obstétricale : l’utile au revoir de Meg Riggs

1470 0

L’ambassade des Etats-Unis au Burkina  s’engage aux côtés de la fondation Rama pour la défense de la cause de la femme. Lors d’un concert de charité, près de 6 millions de FCFA ont été récoltés pour la lutte contre la fistule obstétricale, le 23 novembre 2013.

Meg Riggs (Ph : DR)
Meg Riggs, Directrice de la Section Diplomatie Publique à l’ambassade des Etats-Unis au Burkina (Ph : DR)

Après près de trois (03) ans passés à la tête de la section diplomatie publique à l’ambassade des Etats-Unis au Burkina, Meg E. RIGGS, en fin de mission au Burkina Faso, a décidé d’organiser un concert de charité pour la défense de la cause des femmes. Suite à une visite à la fondation Rama, Meg E. RIGGS nourrissait le désir ardent de venir en aide à la fondation.

Aussi a-t-elle organisé ce concert avec l’appui de l’ambassade des Etats-Unis à Ouagadougou, le 23 novembre 2013, en guise d’au revoir au Burkina Faso.

C’était une soirée riche en couleur et en variété musicale. Des artistes tel que maman Rovane et Alif Naaba, le prince aux pieds nus se sont produits aux côtés de Lasean Brown et de Fabienne Thibault, épouse de l’ambassadeur de France au Burkina Faso.

Pour la guérison d’une soixantaine de femmes

Lors de cette œuvre de charité, 4.945.000 FCFA ont été collectés. L’ISIG International, l’un des bailleurs de fonds de l’organisation de cette œuvre, a remis la somme de 1.000.000 de FCFA. En total c’est près de 6 millions de FCFA qui ont été versés à la fondation lors de cette cérémonie.

Meg E. RIGGS se dit satisfaite pour ce don reçu car près de 67 femmes pourront bénéficier de l’aide de la fondation Rama grâce à ce concert de charité.

La fondation Rama, association apolitique à but non lucratif, lutte pour les femmes victimes de la fistule obstétricale et du prolapsus utérin. Elle a été crée en 2008 avec pour mission d’œuvrer à la promotion des droits économiques, sociaux et culturels des femmes.

La fondation enregistre à peu près 150 à 180 femmes chaque année et près de 80 femmes peuvent être prises en charge. Mais grâce à ces dons, elle pourra  élargir le nombre de femme et être indépendante, a indiqué Rasmata KABORE, la présidente de la fondation.

Marilyne COULIBALY (Collaboratrice)

Pour Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre