Festival Vues d’Afrique : 30 ans d’émerveillement à travers le cinéma africain et créole!

Depuis le 25 avril, et ce, jusqu’au 4 mai 2014, Montréal et le Québec culturel tout entier vibrent au rythme du Festival Vues d’Afrique, rendez-vous incontournable du cinéma africain et créole qui cette année fête ses 30 ans d’existence. Ce festival qui n’est plus à présenter dans le paysage culturel montréalais propose au public, mais aussi aux professionnels du 7e art un espace de découverte, de divertissement et d’échanges d’expertise reflet de cultures riches et multiples!

La suite après cette publicité

Dirigé par Géraldine Le Chêne, Vues d’Afrique c’est aussi un terrain de compétition de l’excellence avec une centaine de films, donnant l’occasion unique en Amérique du Nord de découvrir des œuvres de réalisateurs connus, de grands noms d’acteurs, mais aussi de petits chefs d’œuvres jamais sortis en salles.

Le film ivoirien « Aya de Yopougon » des réalisateurs Marguerite Abouet et Clément Oubrerie a eu le privilège de donner le top départ du festival lors d’une cérémonie d’ouverture haute en couleurs dans une salle archi comble et une animation assurée de main de maître par la troupe Lamogoya du Burkina Faso.

Cotée marraine et parrain, le festival Vues d’Afrique a porté son choix sur l’humoristique Haïtienne Dorothy Rhau et l’animateur de radio/télévision Philippe Fehmiu pour porter à bout de bras la 30e édition et en être les porte-parole.

Cette année, le festival a fait une part belle au Burkina Faso avec non seulement la projection de films burkinabé mais aussi part la présence très remarquée du réalisateur burkinabé Gaston Kaboré dont l’apparition à la cérémonie d’ouverture aux cotés de Gerald Le Chêne, fondateur du festival a été un temps fort. De son coté le Fespaco n’est pas resté en marge, car représenté par son directeur général Michel Ouédraogo qui participe aux différentes tables rondes sur les enjeux et défis du cinéma africain.

L'ambassadeur Koné et le cinéaste Gaston Kaboré au festival Vues d'Afrique.
L’ambassadeur Koné et le cinéaste Gaston Kaboré au festival Vues d’Afrique.

En collaboration avec l’ambassade du Burkina Faso au Canada représenté par l’ambassadeur Adrien Koné en personne et l’Association des burkinabé du Grand Montréal (ABGM), la journée du 26 avril était spécialement dédiée au Burkina Faso à travers une exposition culturelle et artistique et une projection cinématographique. Le public et les professionnels ont pu donc visionner le film « La villa rouge », dernier né du réalisateur Burkinabé Boubacar Diallo, film qui ouvre au public les portes de l’univers spécial de Cristal, Shérifa et Salma trois belles jeunes filles habitant ensemble la Villa rouge, et pratiquant la profession de call-girl avec l’aide de leur ami, partenaire aux allures hétéroclites Bibiche et bien sur le commissaire Fofana aux méthodes forts douteuses.

L’autre film à l’affiche et qui ne manquera pas de retenir l’attention est « Soleils », une co-réalisation du burkinabé Dany Kouyaté et du français Olivier Delahaye. Un véritable voyage curatif, excentrique et joyeux, qui conduit le spectateur jusqu’à Ouagadougou en passant par l’Afrique du Sud, l’Allemagne, le Mali et la Belgique.

Il faut également mentionner que d’autres villes telles que Québec et Ottawa participent à la fête avec des programmations spéciales permettant d’élargir le public cible et d’atteindre l’objectif que s’est fixé depuis 30 le festival, à savoir faire découvrir et aimer l’Afrique et les pays créoles. De plus, le festival s’est toujours donné comme mission d’être un cadre propice au développement de partenariat entre le Canada et les pays du sud dans le domaine des industries culturelles. Comme l’ont résumé les premiers responsables du festival, Vues d’Afrique se veut « une force dans l’action nationale et internationale pour le soutien des cultures comme outil de développement harmonieux des sociétés du Nord et du Sud »

C’est donc un Festival qui encore de beaux jours devant lui, tant que le public sera au rendez-vous et bien sûr aussi longtemps que le soutien aux entreprises culturelles restera une préoccupation majeure du gouvernement fédéral et provincial canadien.

Loumé Diallo
Burkina24 Montréal

publicite


publicite

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page