Les sermons du vieux Yelmighan : Jeune, réveille-toi !

On ne sait plus quoi dire dans ce Faso là ! La stratégie des « oui, oui, oui » et celle des « non, non et non » se ressemble. Tout a commencé par le Sénat. « Oui au Sénat », puis en face, « non au Sénat ». Après avoir dit que les marches n’ont jamais changé une loi, l’homme fort autoproclamé du Burkina a fait marche arrière.

La suite après cette publicité

 Puis « oui à la révision de l’article 37 », en face « on lui répond non ». Alors, il brandit le référendum, et encore ces empêcheurs de tourner rond lui disent non. Mais, enfin ! Quand est-ce que l’opposition comprendra qu’au Faso ici, il n’y a qu’un seul homme fort ?

 Alors référendum pian ! Mais quand on est un homme fort de ce gabarit, on ne fait même pas de référendum, on prend sa gomme et on efface la partie de l’article qui croit être plus forte que soi. Et hop ! ça cloue le bec à tout le monde ! Ou bien ?

Jeune Burkinabè, « yako ! »

Le championnat national de ping-pong qui s’est ouvert en 2013 continue son chemin. Chacun prend le peuple comme repère. L’opposition a rempli le stade du 4-Août, le CDP a fait la réplique.

Et depuis lors c’est comme ça, le CDP fonctionne au programme de l’opposition. Personne ne semble avoir un autre programme, l’essentiel c’est de réunir des milliers de gens qui disent non au référendum, puis le lendemain d’autres qui disent oui.

L’opposition rend visite aux chefs coutumiers ou au religieux, le lendemain c’est le front républicain qui fait de même.

Pour ceux qui auraient vécu dans une grotte ces derniers temps, le Front républicain, ce n’est pas une résurrection du Front populaire. C’est le CDP élargi à des opposants … hey !  Pardon à des opposants qui ne s’opposent pas. Nous on ne sait plus quoi faire dans ce championnat.  Pourtant la Constitution est claire, pas plus de deux mandats à la tête de l’Etat.

Pendant ce temps, les jeunes se laissent manipuler.  Il faut refuser toutes compromissions avec ses vieux pères, qui, depuis 1960 pour certains et 1990 pour la plupart, vous tuent les ambitions.

Aucune promotion de jeunes que ce soit sur le plan politique ou économique (les entrepreneurs qui gagnent les marchés appartiennent à de vieux pères ou à de vieilles mères. Il y en a qui vendent des sacs de mil mais qui gagnent des marchés de matériel médical. Hey ! Attention hein !  Je n’ai pas dit nom de quelqu’un !).

Un jeune au Faso c’est facile de l’avoir, un petit cadeau et hop il met sa dignité dans « Kouraba » (si tu ne connais pas, c’est dans ça l’enfant s’assoit quand il  ne peut pas encore aller au WC !). Mahamadou Traoré « ya ko ». Toi qui as été traumatisé, on doit avoir pitié de toi. Tu as adhéré au MPP en croyant que « ce parti incarnait le changement». Bon ça peut arriver à tout le monde. Mais malheureusement pour toi, tu as « constaté que les mêmes tares étaient reproduites et même démultipliées ».

A devin, devin et demi !

Et pire encore, « les principes démocratiques ont laissé place à des pratiques peu républicaines ». Pauvre de toi ! Mais seulement,  toi dont la sœur est mariée à l’homme le plus proche de François Compaoré après sa femme, toi là même ho, qui peut te faire confiance ?

Aujourd’hui, avec toutes ces incertitudes, on vit avec la peur au ventre. On n’est plus rassuré par ceux qui sont chargés de nous protéger. Tout bruit assourdissant suscite la peur, même dans la circulation lorsqu’un vieux pot d’échappement lâche un bruit bizarre, nos cœurs battent la chamade.

Blaise Compaoré, grand « prédicateur » de tous les temps (il avait prédit à Tandja une destination chaotique « droit dans le mur », il avait également prédit à Gbagbo un séjour à la CPI), toi-même tu te prédis quoi ?

Le chantier de la démocratie n’est que ouvert, les travaux n’ont pas commencé, il faut  savoir partir …euh, parler tôt. Les terres cultivables ont également besoin d’hommes forts. Aller hop ! Agro-businessman après le pouvoir, c’est pas mal aussi dèh !

Yelmighan


« Les sermons du vieux  Yelmigan » est une chronique satirique proposée par un « Observateur » avisé de la société burkinabè. Elle traitera deux fois par mois sur Burkina 24 de sujets liés à la vie de la nation burkinabè. Véritable sermonneur, le Vieux Yelmigan ne prendra pas de gant pour parler à ses fils et ses filles de leurs comportements quotidiens dans la société.  Ame détestant les sermons, s’abstenir donc !

publicite


publicite

Articles similaires

5 commentaires

  1. Vieux p?re , vos sermons nous p?n?trent l esprit. Tous les burkindi ne peuvent que appr?cier. Merci au journal B24 qui nous nourrit tant

  2. Yelmighan:bonne arriv?e et bon vent. Explique-nous ton pseudonyme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page