Lutte contre la corruption : Laurent Bado aura-t-il enfin gain de cause ?

En 2013, le Réseau national de lutte anti-corruption (RENLAC) avait proposé au gouvernement de Blaise Compaoré un projet de loi portant sur la prévention et la répression de la corruption au Burkina. Il avait été transféré à l’Assemblée nationale, mais le Réseau avait déclaré que la loi avait été vidée de son sens. La transition lui offre une seconde chance.

La suite après cette publicité

Le gouvernement de transition a transmis au Conseil national de la transition, un projet de loi portant prévention et répression de la corruption au Burkina.

Auditions. Le projet de loi entre dans sa phase d’examen à partir de ce mardi, sauf changement de dernière heure, au Conseil national de la transition. De 9h à 12h, le texte fera l’objet de travaux en commission.

Tour à tour seront auditionnés  l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat, l’Institut free Afrik, le  RENLAC, l’ex-réseau parlementaire « Burkindi », les trois syndicats de magistrats, l’Ordre national des avocats du Burkina, la Chambre nationale des huissiers du Burkina, le RAJIT (Réseau africain des journalistes pour l’intégrité et la transparence), l’Autorité de régulation de la commande publique et  la  Ligue des consommateurs du Burkina.

Le délit d’apparence enfin retenu ? La dernière personne à être entendue sera l’ancien député Laurent K. Bado, auteur de la fameuse proposition de loi  sur le délit d’apparence en 2012, un texte qu’il résume en ces termes : « Toute personne, qui n’a pas un travail connu ou qui a un travail qui ne lui donne pas beaucoup d’argent par mois, tout en ayant une voiture de luxe ou une villa de plusieurs centaines de millions, devra s’expliquer« .

Le chantre du « tercérisme » aura-t-il enfin gain de cause avec le nouveau vent qui souffle sur le Burkina ? La réponse pourrait être affirmative car certains députés du CNT étaient favorables à son adoption.

 La disposition y relative est dans tous les cas contenue dans le projet de loi, a affirmé un député du CNT à Burkina24. L’audition de Laurent Bado entre dans l’objectif d’avoir plus d’éclairage sur la question.

Le projet de loi qu’avait soumis l’ancien gouvernement, élaboré par le REN-LAC, avait été « nettoyé » de cette disposition, pendant que d’autres articles (la publication des déclarations d’intérêt et de patrimoines des personnalités relevant du pouvoir exécutif et du Parlement,  les infractions telles la corruption dans les marchés publics, la corruption électorale, le népotisme, le favoritisme, le financement occulte des partis politiques) ont été « édulcorés », voire supprimés.

Le REN-LAC en voie d’être récompensé. « Le projet de loi soumis au CNT a pris en compte de nombreux points » du projet initial proposé par le REN-LAC,  affirme notre source.

Les membres du gouvernement seront auditionnés, en principe, les jeudi 5 et vendredi 6 février 2015. L’adoption de ce projet de loi (il sera soumis en plénière le 10 février prochain) est très attendue par les Burkinabè car le phénomène de la corruption, selon les derniers rapports du RENLAC, prend chaque année des proportions inquiétantes dans pratiquement tous les secteurs d’activités du Burkina.

Le rapport 2013 du Réseau constate que « le niveau de la corruption est en augmentation sur les deux dernières années ».  Il est en hausse de 9 points entre 2012 et  2013. Une situation qui entraîne le dysfonctionnement des services, la baisse de la fréquentation des services publics et la mauvaise qualité des prestations de service.

Les causes demeurent classiques : la pauvreté,  la vie chère, la cupidité et  le manque d’intégrité, entre autres.

Abdou ZOURE

Burkina24

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

15 commentaires

  1. En fin, mon Pr Bado a eut raison. c’est le seul homme politique qui pr?ne les valeurs d’un nationaliste. On saura qui voter en 2015.

  2. Camarades nous militons tous pour la meme cause.Donc proposons alors!

  3. il faut que nous acceptions que cette loi est la cle de voute pour mettre notre chere patrie sur la voie d'une vraie democratie.Faut que les gens cessent de faire du bien public leur propriete privee.Ceux qui seront pris dans le filet cette loi,ne doivent beneficier d'aucune circonstance attenuante,de ce fait cette loi doit s'appliquer dans toute sa rigueur possible.Qu'ils veillent a bien serrrer les mailles du filet de cette loi afin qu'aucun coupable ne puisse s'echapper.Le pere de cette loi merite une place de choix pour son l'application sans condition.Monsieur Laurent BADO le peuple attend encore beaucoup de vous.

  4. Omar Tinto en faite nous disons la m?me chose. Ce que j'ai d?crit, ce sont les conditions pour une bonne application de la loi. Supposons que quelqu'un aille voir un juge indigne pour qu'il fasse un harc?lement judiciaire ? une personne. Cette personne pourrait faire l'objet de convocations incessantes ? tel point qu'il ne vit plus que pour r?pondre aux convocation de ce juge. Et s'il s'?nerve, il pourra ?tre emprisonn? pour outrage ? magistrat (les magistrats burkinab? ont trop bien compris la notion d'outrage ? magistrat). C'est pour cela que je dis qu'il faut cr?er un environnement propice pour une bonne application de la loi. Mais tout le monde conviendra avec moi qu'il ne peut y avoir un environnement propice pour une application de la loi avec des juges indignes.

  5. Achille! c?est plut?t le contraire qui d?courage les investisseurs. Car s?il faut payer pour t?installer et payer pour faire payer les factures qui tra?nent dans le circuit, c?est grave. Ce qu?il faut craindre c?est seulement la bonne application de la loi si elle est vot?e.

  6. Anonyme! c’est plut?t le contraire qui d?courage les investisseurs. Car s’il faut payer pour t’installer et payer pour faire payer les factures qui tra?nent dans le circuit, c’est grave. Ce qu’il faut craindre c’est seulement la bonne application de la loi si elle est vot?e.

  7. L'esprit de la loi en soit est tr?s bien. Mais attention, il faudra pour cela avoir des magistrats honn?tes et courageux avant de l'appliquer. Sinon ce sera un instrument de chantage que l'on donnera ? l'ex?cutif et aux magistrats. L'application d'une telle loi sans un vrai nettoyage de la justice (radiation pure et simple des magistrats indignes), ce sera la catastrophe judiciaire, ?conomique, politique et sociale garantie !!!!

  8. L'esprit de la loi en soit est tr?s bien. Mais attention, il faudra pour cela avoir des magistrats honn?tes et courageux avant de l'appliquer. Sinon ce sera un instrument de chantage que l'on donnera ? l'ex?cutif et aux magistrats. L'application d'une telle loi sans un vrai nettoyage de la justice (radiation pure et simple des magistrats indignes), ce sera la catastrophe judiciaire, ?conomique, politique et sociale garantie !!!!

  9. C’est bien la loi . seulement il faut revoir le contenu dans toute sa rigueur. Le revers pourrait talonner le d?veloppement. La peur d,investir m?me si les gains sont l?gaux. Les vas et viens en justice pourraient d?courager des bonnes volont?s. Juste un avis .ma lenterne pourrait ?tre ?clairer par des personnes mieux avertis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page