Aliko Dangote : «Difficile de faire les affaires dans les pays d’Afrique francophone»

Aliko Dankoté, la plus grande fortune de l’Afrique, était l’invité de la chaîne de télévision Africa24 à laquelle il a accordée cette semaine une interview. Ce fut l’occasion pour l’homme d’affaires d’origine nigériane de faire une parfaite description du milieu des affaires en Afrique.

La suite après cette publicité

Aliko Dangoté a, par ailleurs, affirmé qu’il était difficile pour un Africain de faire affaire dans les pays francophones d’Afrique dominés par la France.

A cet effet, voici ce qu’il dit: « Vous avez dû lire les difficultés qu’on a pu avoir au Sénégal à cause d’un concurrent qui se trouvait être français et que nous sommes anglophones. Mais tout cela est dernière nous car les difficultés ne nous arrêtent pas, nous aimons les défis ».

Il en fait d’ailleurs une analyse dans laquelle il explique que « la différence qu’il y’a entre les pays francophones et le Nigeria est que nous avons pris notre destinée en main, nous contrôlons l’économie de notre pays. Je m’excuse auprès des personnes à qui cela pourrait déplaire, mais nous contrôlons notre économie, ce qui n’est pas le cas de la plupart des pays francophones où les nationaux n’ont aucune emprise sur leur économie.

Ces économies sont contrôlées par des étrangers qui parfois même dictent leur termes et les conditions aux gouvernements et d’autres. »

Tout en restant optimiste, Aliko Dangote pense renverser les tendances avec le temps. Le groupe Dangoté est actuellement présent dans différents pays africains anglophones et francophones, notamment le Sénégal, où il y a encore une dizaine d’années il était inimaginable pour un Nigérian d’investir 400 millions de dollars.

Il évoque également le fait qu’un groupe africain investisse gros en Afrique n’est pas très commun et est souvent accueilli avec suspicion.

Le groupe Dangote est un conglomérat nigérian dont le siège social se situe à Lagos au Nigeria. Le groupe est l’un des principaux conglomérats diversifiés en Afrique.

Il est présent dans l’industrie du ciment, du sucre, de la farine, du sel, des pâtes, des boissons et dans l’immobilier. Il a généré des revenus de plus de 3 milliards de dollars en 2013. La société emploie plus de 26 000 personnes.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

3 commentaires

  1. Tu as parfaitement raison, monsieur le richard.Au Burkina par exemple, si tu viens pour ouvrir une brasserie, les fran?ais de la Brakina sont pr?ts ? cr?er une guerre civile pour t’en emp?cher.Le nazisme est toujours en vigueur ici.

  2. Je pense qu'il a parfaitement raison en ce qui concerne le climat des affaire en Afrique francophone francophone. je crois m?me que ?a ne souffre d'aucun d?bat. y'a qu'? regarder autour de nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page