Elections : Le Mouvement soyons sérieux contre l’exclusion des militaires

Le mouvement soyons sérieux (MSS) a tenu sa conférence de presse mensuelle de vendredi 27 mars 2015.  Il  a fait  part de son analyse de certains faits majeurs de la situation socio- politique nationale.

La suite après cette publicité

Au regard de l’actualité nationale, le Mouvement soyons sérieux (MSS) a tenu sa conférence  de presse   mensuelle. C’était  l’occasion pour Fréderic ZOUNGRANA, coordonnateur du mouvement de revenir sur les faits marquants de l’actualité du mois.

Il s’agit : « des velléités d’exclusion de certains Burkinabè aux élections d’Octobre 2015, de la démilitarisation de la politique, du programme socio- économique d’urgence de la transition (PSUT); de la commission de réconciliation nationale et des réformes (CRNR ) et du rôle  des OSC dans un Etat , et singulièrement dans une transition ».

Pour ce mouvement, l’argumentaire selon lequel « si un militaire souhaite se présenter à une présidentielle, il devrait d’abord se libérer de la tenue au moins trois et voire cinq ans » n’est pas fondé car « la constitution stipule plutôt en son article 1 que les Burkinabè naissent libre  et égaux en droits et en devoirs.

De ce fait, un militaire étant un civil en tenue, il jouit des mêmes droits civils et politiques. Par conséquent, il peut se porter candidat à un poste électif à la seule condition de déposer la tenue ».

Article 37. Le Mouvement soyons sérieux réitère que la révision de  l’article 37 est légale et constitutionnelle  (arts 161 à 165 de la constitution). Par conséquent, il estime que « l’article 166 ne peut être invoqué contre ceux qui ont soutenu cette initiative », mais reconnait que « tous les acteurs de l’avant insurrection, partisans ou opposants de la révision de  cet article, ont une part  de responsabilité dans la chute du régime COMPAORE ».

Il ajoute qu’aujourd’hui qualifier ce changement  comme étant anticonstitutionnel, c’est une reconnaissance implicite qu’il aurait y eu une atteinte à la constitution.

Programme d’urgence. Ce point de presse était aussi une occasion pour le MSS de saluer l’adoption du programme socioéconomique d’urgence de la transition (PSUT) par le gouvernement.

« D’une enveloppe de 25 milliards F CFA, ledit programme en plus de  l’investissement dans les infrastructures scolaires et sanitaire, va créer  30.000 emplois pour les jeunes et les femmes », rappelle-t-il.

Toutefois le mouvement propose au gouvernement de procéder à une réforme de tous ces fonds en allégeant les conditions d’octroi des financements et en augmentant leurs capacités financières.

Saly OUATTARA (Stagiaire)

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

26 commentaires

  1. Tels sont les tares de la d?mocratie, mais tant qu’un citoyen n’a pas ?t? d?chu de ses droits civiques et politiques devant une juridiction l?gale et comp?tente, il a le plein droit de participer a toute consultation ?lectorale. Donc tout le monde doit aller aux ?lections sans exclusion. Cependant il appartiendra au peuple souverain d’inculquer une racl?e d?mocratique a ces n?o vendeurs d’illusion. Vive la d?mocratie et vive la d?mocratie.

  2. ceux l? font partie des ex?cuteurs du plan B de blaise ; comment peut-on dire que les martyr sont anti-constitutionnel ? parce que si ceux qui ont soutenu la revision de l article sont constitutionnellement juste et democratique pour moi des individues qui disent ?a ne sont que des ex?cuteurs de blaise , et c est un e insulte pour nos martyrs de la revolution . je me demande comment on peut permettre l existance d une structure pareil si on est pas complice ? la transition m inquiete beaucoup !

  3. Soyons s?rieux, changez de nom car votre id?e n’est pas s?rieux. On a pas fini de pleurer nos mort. Ou bien parce que vous n’avez pas de famille qui a ?t? toucher. Peut ?tre c’est une association de l’ex majorit?. Arr?t? de nous faire chier.

  4. On ne peut pas trier les lois au burkina pour respecter et violer ce qui n’arrange pas.Qu’ils se fassent foutre.si on a exclu ceux qui ont soutenu la modification au elections,ce group de corompus qui demande une nouvelle violations et qui veulent creer du desordre voir une destabilition vont a nouveau echouer car il feront face au peuple int?gre.
    Qu’ils pense plut?t a leur sanction s’ils soit ? l’origine d’une destabilisation.

  5. OUI, tout burkinabe remplissant les conditions definies par la loi peut etre candidat. Alors vive les candidatures militaires et que le meilleur gagne!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page