Mali : Prise d’otages à l’hôtel Radisson de Bamako après une fusillade

Une fusillade meurtrière a éclaté ce vendredi 20 novembre devant l’hôtel Radisson de Bamako, la capitale malienne, selon les renseignements maliens et relayés par Jeune Afrique. Une prise d’otages est en cours, de même qu’une opération menée par les forces de sécurité maliennes, la MINUSMA et les forces spéciales. Aux dernières nouvelles, on dénombre 3 morts, 6 blessés dont un policier et 15 des 170 personnes prises en otage libérés.

La suite après cette publicité

10h35 : Au moins 3 otages ont été tués, l’assaut a été donné, annonce l’AFP.

10h34 – Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique selon Forbes, a d’ailleurs démenti la rumeur : « Les rumeurs sont fausses. J’étais au Mali hier », a-t-il fait savoir.

10h32 : Selon des sources onusiennes, des forces spéciales américaines sont dans l’hôtel Radisson Blue.

10h30 : Contrairement à ce qu’affirment certains médias, le Nigérian Aliko Dangote est à Lagos et non à l’hôtel Radisson Blue de Bamako. La confirmation a été donnée par Anthony Chiejina, directeur de la communication du groupe Dangote joint par téléphone par Jeune Afrique.

10h21 : Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta écourte son séjour à N’Djamena (Tchad), où il s’était rendu pour le G5 Sahel, annonce la présidence sur tweeter.

10h09 : Deux femmes ont été évacuées par les forces de sécurité, rapporte l’AFP.

10h10 : Alors que des tirs sont toujours entendus aux alentours de l’hôtel, les militaires maliens encerclent l’hôtel.

10h08 : Selon une source proche de la direction de l’hôtel, l’étage réservé aux équipages d’Air France aurait été changé ces derniers jours, pour des raisons de sécurité. Personne ne souhaite confirmer pour le moment la présence ou non d’un équipage cette nuit à Bamako.

10h01 : Selon plusieurs sources, le 7ème étage, où les assaillants seraient retranchés, est d’ordinaire l’étage dédié aux équipages de la compagnie aérienne Air France. La surveillance y est renforcée par des gardes supplémentaires. D’autres entreprises françaises avaient des employés qui logeaient dans l’hôtel cette nuit.

La compagnie Air France ne confirme pas la présence de son personnel à Bamako aujourd’hui. Ni n’infirme. Sans vouloir commenter pour le moment, la compagnie « suit la situation ».

9h32 : Parmi les 170 otages figurent 140 clients et 30 employés, a annoncé à l’AFP le gestionnaire de l’hôtel.

9h20 : Idriss Déby Itno, le chef de l’État tchadien, vient de faire une intervention relative aux événements en cours à Bamako : « Nous vivons en ce moment même une nouvelle attaque terroriste au Mali. Une prise d’otages dans l’hôtel Radisson, que tout le monde connaît. Il y a des hommes et des femmes, des citoyens qui ne font que leur travail et qui sont devenus des cibles. Je condamne de la manière la plus ferme possible cet acte barbare qui n’a rien à voir avec la religion. Je réaffirme notre soutien sans faille à notre frère Ibrahim Boubacar Keïta et au peuple malien tout entier. Rien n’est encore très précis. Mais on peut s’attendre à du sang et des pleurs. »

9h18 : Les services de renseignement et les forces de l’ordre maliens ont déjoué plusieurs tentatives d’attentats ces derniers mois. Elles visaient des cibles à Bamako. Et étaient l’oeuvre de la katiba Khalid Ibn Walid et du Front de libération du Macina. En août, Jeune Afrique décryptait la stratégie du Front de libération du Macina dans cet article : « Le Front de libération du Macina, un nouveau Boko Haram ? »

Le 2 août, les services ont notamment déjoué une attaque contre le club nautique « Djoliba », à Bamako

Les services de renseignements savaient donc que des attentats étaient possibles.

9h16 : Une cellule de crise a été mise sur pied à la Primature pour superviser les événements. Elle est placée sous la tutelle du Premier ministre Modibo Keïta et du ministre de la Sécurité, Salif Traoré.

9h12 : Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta est arrivé au palais du 15 janvier, à N’Djamena, où le sommet du G5 Sahel débute. L’information sur la fusillade à Bamako commence à circuler au palais.

9h10 : Le périmètre a été bouclé par les différentes forces de sécurité maliennes.

9h08 : 170 otages sont retenus par deux assaillants, selon le groupe hôtelier.

9h04: Selon des sources sécuritaires, les assaillants sont toujours retranchés dans l’hôtel. Leur identité et motivations restent pour l’heure inconnues.

8h57: Les employés de l’ambassade américaine sont appelés, comme les ressortissants américains, à rester confinés.

8h45 : Selon l’un de ses proches, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta est actuellement à N’Djamena (Tchad) pour le G5 Sahel. Il doit rentrer dans la journée à Bamako.

8h36 : Contacté par Jeune Afrique, le propriétaire de l’hôtel, qui n’était pas sur place vendredi matin, a indiqué que trois individus se sont introduits dans l’hôtel, lourdement armés, vers 7 h du matin (heure de Bamako).

Selon le propriétaire de l’établissement, ils seraient entrés dans le périmètre de sécurité de l’hôtel avec un véhicule portant des plaques diplomatiques, déjouant ainsi les systèmes de fouille et de sécurité. Ils ont ensuite ouvert le feu en entrant dans l’hôtel.

Toujours selon le propriétaire, l’établissement, qui contient 190 chambres, est rempli à 90%.

8h27- La fusillade aurait fait des victimes parmi les gardiens, les employés et les clients de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, selon les renseignements maliens.

Sources: Jeune Afrique, Malijet

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page