Tout savoir sur la méningite et les mesures de prévention

La méningite est une maladie infectieuse contagieuse et très grave. Elle est causée par de nombreux germes pathologiques qui tuent si le malade n’est pas traité à temps dans un centre de santé. Les enfants sont les plus touchés par la maladie. Le Burkina Faso est fréquemment touché par des épidémies de méningite au point de faire partie de la « ceinture africaine de méningite » définie par Lapeysonie. Par « ceinture africaine de la méningite », il faut y entendre la zone qui s’étend sur toute la largeur du continent africain. Elle part de la Gambie à l’ouest jusqu’au Soudan et à certaines régions de l’Ethiopie à l’est. Au nord, cette zone est délimitée par le désert sub-saharien et au sud par la forêt tropicale de la République Centrafricaine.

La suite après cette publicité

La période de haute transmission de la méningite est celle de l’harmattan qui souffle de Janvier à Mai d’où la nécessité de faire partager ces éléments d’information et de sensibilisation sur la méningite et les mesures de protection.

Les signes cliniques d’un début de méningite sont généralement une très forte fièvre supérieure à 39°C et de violentes céphalées dont l’intensité croissante devient vite insupportable. Au nombre des autres manifestations fréquentes, nous pourront citer la raideur de la nuque, du bombement de la fontanelle chez les nourrissons, les vomissements, et des signes neurologiques

La méningite va jusqu’à rendre sourd, muet, aveugle ou provoquer des troubles mentaux après la guérison.

D’autant plus que la méningite se transmet de personne à personne par des secrétions provenant de la gorge ou des narines, ces secrétions rejetées par les malades sont transportées par les vents et poussières et favorisent ainsi la dissémination de la maladie.

Il existe, toutefois, des moyens pour réduire le risque de propagation de la maladie. A cet effet, il faut éviter autant que possible de s’exposer ou d’exposer les enfants à la poussière, éviter que les muqueuses nasales ne se dessèchent en les humidifiant avec du beurre de karité et se présenter dans une formation sanitaire dès l’apparition de fièvre, toux, torticolis, etc ;

D’autant plus que la méningite se transmet de personne à personne par des secrétions provenant de la gorge ou des narines, ces secrétions rejetées par les malades sont transportées par les vents et poussières et favorisent ainsi la dissémination de la maladie.

Il existe, toutefois, des moyens pour réduire le risque de propagation de la maladie. A cet effet, il faut éviter autant que possible de s’exposer ou d’exposer les enfants à la poussière, éviter que les muqueuses nasales ne se dessèchent en les humidifiant avec du beurre de karité, se présenter dans une formation sanitaire dès l’apparition de fièvre, toux, torticolis, etc, bien protéger les enfants en les habillant convenablement, arroser les surface avant de les balayer, éviter que les enfants se promènent dehors sans nécessité lorsqu’il y a du vent et de la poussière et enfin éviter les attroupements pendant les épidémies.

Pour certaines formes de méningite, il existe des vaccins. Pour d’autres il n’en existe pas ou existe en très faible quantité au niveau mondial. Il faut alors strictement se conformer aux mesures de prévention décrites plus haut.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page