Chantier de l’ENEP de Tenkodogo : Détournement de plus de 16 tonnes de ciment

A peine débuté, le chantier de l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Tenkodogo fait parler de lui. Des briquetiers chargés de confectionner les briques ont été épinglés dans une affaire de détournement de 325 paquets de ciment. Une alerte d’un citoyen anonyme a permis à la police de Tenkodogo de mettre le grappin sur une dizaine de personnes dont un est toujours en cavale.

La suite après cette publicité

En tout ce sont 11 personnes qui sont mises en cause dans cette affaire dite de détournement de ciment du chantier de l’ENEP de Tenkodogo. Parmi eux, on dénombre six briquetiers et 4 receleurs. La onzième personne, répondant au nom de Minoungou Sita dit Naba est « portée disparue ». La police est activement à sa recherche. Ceux qui ont fait l’objet d’arrestation ont été jugés hier 14 janvier.

Comment procédaient-ils ?

Selon les explications d’un des cerveaux à la barre, les briquetiers qu’ils sont utilisaient 50 sacs de ciments par jour pour faire les briques. « On nous a demandé de faire 40 briques par sac, mais nous faisions 45 ou 50 briques par sac. Cela nous permettait de mettre de côté 5 sacs à chaque fois par jour », explique Tiendrebéogo Hamado.

Ainsi donc ce sont ces « je retiens » qu’ils ont amassés au fil du temps pour ensuite les écouler frauduleusement sur le marché. Jusqu’à leur arrestation, ils avaient réussi à détourner 16 tonnes et 5 sacs de ciment. Ces sacs étaient vendus essentiellement à quatre receleurs (Balima Joachim, Yougbaré Souleymane, Sanemkorgho Guébrina et Minoungou Yelessida).

Selon le procureur du Faso près du Tribunal de Grande Instance de Tenkodogo, Adama Ouédraogo, les briquetiers disent se livrer à cette pratique pour subvenir à leurs besoins. Car, confie-t-ils, « leur salaire n’est jamais payé tôt ». Faux ! Rétorque Fanko Tioro, le représentant de Sol Confort & Décor, l’entreprise chargée de l’exécution des travaux,

A ce niveau la partie civile se défend en affirmant qu’elle travaille avec un sous-traitant. Selon ses propos, c’est ce dernier qui est chargé de les payer.

A l’issue du procès, le tribunal a requis des peines de 8 mois fermes pour quatre briquetiers et 12 mois fermes et une amende de 300 000F CFA pour chacun des quatre receleurs. Parmi les briquetiers, il y a deux qui étaient des mineurs. Le tribunal s’est déclaré incompétent pour les juger. Ils seront envoyés donc devant une autre juridiction.

Martin OUEDRAOGO

Correspondant Burkina24 à Tenkodogo

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page