Développement du Burkina : Le Camjbci réfléchit à la contribution de la jeunesse de la diaspora

L’édition 2016 de la Journée Internationale de la Jeunesse, (JIJ), la 31è depuis son institution et célébrée le 12 août de chaque année a été marquée d’une pierre blanche par le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesses Burkinabè en Côte d’Ivoire ce mardi 20 août 2016 au travers d’une conférence publique ayant pour thème : « Civisme et Contribution de la Diaspora à l’essor socioéconomique, culturelle et Politique du Burkina Faso : Cas de la Jeunesse de la Diaspora Burkinabè en Côte d’Ivoire ». Cette conférence publique qui s’est tenue au Consulat Général du Burkina en Côte d’Ivoire et été présidée par le premier responsable de cette institution,  Daouda Diallo.

La suite après cette publicité

Le Collectif des Associations et Mouvements de Jeunesses Burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) avec à sa tête Moussa Zallé, a commémoré la 31ème édition de la Journée Internationale de la Jeunesse ce mardi 30 août 2016 au Consulat Général du Burkina.

Avant les exposés des conférenciers, le Consul Général, Daouda Diallo, s’est réjoui de l’engagement des jeunes burkinabè de la diaspora à véritablement s’impliquer dans le développement de leur pays d’origine, le Burkina Faso, d’autant plus que selon lui, le thème tourne autour de la contribution de la jeunesse de la diaspora au développement du Burkina.

Le premier intervenant à approfondir le thème du jour, en l’occurrence, Issa Sedogo a exhorté la diaspora burkinabè à davantage d’implication dans les actions de développement du Burkina.  « Nous n’avons qu’un seul pays, le Burkina Faso. Nous avons le devoir de lui donner le meilleur en nous engageant davantage dans son développement», a-t-il fait partager.

Patricia Yao/Zoundi, la seconde intervenante à cette conférence, a dans un langage franc et direct exhorté la jeunesse burkinabè de la diaspora à tourner dos l’inaction et à la main tendue. « Le fonds de soutien que vous demandez au gouvernement burkinabè, vous pouvez, nous pouvons le constituer de nous-mêmes en mettant ensemble nos 1000 F CFA, nos 10.000 F CFA et plus. Le gouvernement a déjà suffisamment de défis à relever au pays. Constituons-nous  comme un soutien plutôt qu’une charge, à l’instar de la diaspora juive pour Israël», a-t-elle souhaité.

Partageant son expérience d’entrepreneur, la Présidente Directrice Générale de QuickCash, société de transfert d’argent international, a exhorté les jeunes et les femmes burkinabè en Côte d’Ivoire à voir grand et à concéder d’énormes sacrifices pour atteindre leurs objectifs. Pour la circonstance, elle s’est fait accompagner par ses trois stagiaires et bénévoles d’origine française, question pour elle de présenter le bénévolat comme une forme de contribution que peuvent apporter les jeunes Burkinabè de l’étranger à leur pays.

Cette conférence  a été marquée par les contributions substantielles de  Sinan née Ouédraogo Lamoussa et Lingani Awa, respectivement présidente et 3ème vice-présidente de la Fédération des Femmes Leaders de la Diaspora.

Pour clôturer ces enrichissants échanges, le Consul Général, Daouda Diallo a félicité le Camjbci pour cette initiative qui honore les jeunesses burkinabè en Côte d’Ivoire.

Rappelons que le Burkina Faso a célébré l’édition 2016 de la Journée Internationale de la Jeunesse, le 12 août 2016 dernier, autour du  thème : « Education civique des jeunes, un instrument de prévention des violences ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page