Côte d’Ivoire: Voici comment les mutins dépensent leur argent

Ne dit-on pas qu’après l’effort vient le réconfort? A Bouaké, deuxième ville de la Côte d’Ivoire dans le centre-nord du pays,  après les mutineries début janvier dernier, les militaires sont passés à la caisse depuis plusieurs jours et l’heure est au shopping. Motos, smartphones et jeans dans la besace. Les mutins après avoir touché cinq millions de francs CFA chacun et en attendant l’échelonnement des 7 autres millions sur 7 mois, se font plaisir.

La suite après cette publicité

Les premiers à ressentir les excellents effets collatéraux du paiement de ces primes sont les concessionnaires de marques de Motos. Les militaires gratifiés sont, quant à eux, reconnaissables à travers les rues de Bouaké, à califourchon sur leurs nouvelles bécanes dont ils conservent précieusement encore le plastique d’emballage.  A Bouaké, le prix des motos tourne en moyenne autour de 450.000 et 500.000 F CFA.

Cette manne inespérée est, également, l’occasion de se refaire une nouvelle « connexion », entendez par un smartphone de dernière génération.

Les tenanciers de magasins de vêtements se sont également réjouis de la décision du gouvernement de payer les primes des mutins car ils se sont retrouvés en rupture de stock en un temps record. « C’est tout simplement  formidable, j’ai personnellement vendu plus qu’en période de fête », s’est réjoui Hamed Sylla, vendeur au centre-ville de Bouaké.

Joignant l’utile à l’agréable, certains soldats pensent, toutefois, à s’assurer un toit pour eux et leurs familles. Ainsi, achats de parcelles pour les uns, achat de matériaux de construction pour les autres sont notés. Comme quoi la chance ne vient pas toujours deux fois !

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

 

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Qu’ils en fassent bon usage. Comme quoi, la fortune est au bout du fusil!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page