Dossiers de corruption : Les reproches que le REN-LAC fait à la Justice

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a ce mardi 13 juin 2017 organisé une conférence de presse pour inviter les autorités à aller au-delà des discours et à poser des actes concrets et salvateurs pour une meilleure lutte de la pratique de la corruption. Il a également invité la justice à revoir son fonctionnement.

La suite après cette publicité

Malgré les rapports d’enquêtes parlementaires sur le foncier sur les mines et sur les rapports publics 2015 de la cour des comptes et de l’ASCE-LC, le REN-LAC s’offusque que les fautifs soient toujours dans la nature. Le REN-LAC a indexé le pouvoir en place et l’appareil judiciaire. Pour lui, ce sont eux qui font blocage.

Plusieurs explications ont été apportées par le REN-LAC sur les raisons de l’impuissance de l’Etat pour le recouvrement des avoirs et la dénonciation des fautifs.  Le secrétaire exécutif du REN-LAC, Claude Wetta a expliqué cette impuissance en ces termes : « Beaucoup de gens sont liés aux affaires qui ont eu lieu depuis plusieurs années. Ces personnes qui sont encore au pouvoir ou qui y sont actuellement ne vont pas permettre que ces affaires-là puissent apparaitre au grand jour facilement. Il va donc  y avoir toujours des blocages liés au fait que certaines personnes qui sont actuellement au pouvoir sont impliquées dans ces grosses affaires ».

Pour ne citer que celle-là, concernant l’affaire ONATEL SA-Douane, où il est ressorti que l’ONATEL devait verser une amende de 7 milliards de F CFA, jusqu’à ce jour, l’Etat n’a pu passer au recouvrement, a rapporté le REN-LAC.  Le chargé de plaidoyer et de lobbying Bruno Kéré, en appuyant, les explications du secrétaire exécutif du REN-LAC a ajouté qu’en réalité, il y a une forte collusion entre le monde des affaires et le milieu politique au Burkina. « Pensez-vous qu’un pouvoir qui s’abreuve d’un certain nombre de pratiques est à mesure de pouvoir assainir ? En tout cas, c’est difficile. C’est ce qui explique tout ce qu’on dénonce aujourd’hui ».

Bruno Kéré a reproché à la justice d’être un maillon faible. « Et c’est ce que tout le monde dit », a-t-il renchérit.

« Le fonctionnement de la justice est tel que ce n’est pas seulement une plainte avec constitution de partie civile qui permet à la justice de se mettre en œuvre », a souligné Bruno Kéré. Pour lui, normalement une justice doit fonctionner sur la simple base d’une rumeur et mener des enquêtes de sorte à la confirmer ou infirmer.

Mais au Burkina, a-t-il précisé, «  ce ne sont pas des rumeurs. On a des éléments dans la presse et face à cette situation, la justice ne se met pas en œuvre. Nous en tant que REN-LAC utilisons la voie de la dénonciation par voie de presse ou par correspondance. Cette voie est légale et devait suffire à l’appareil judiciaire ».

Irmine KINDA

Burkina24

 

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page