Jeunes et planification familiale : Les réseaux sociaux appelés à la rescousse   

33 jeunes ambassadeurs pour la santé de la reproduction et la planification familiale se sont retrouvés à Ouagadougou pour une session de formation du lundi 17 au mercredi 19 juillet 2017. L’objectif est de faire des réseaux sociaux des alliés pour la promotion de la planification familiale et des bonnes pratiques en matière de santé sexuelle et reproductive auprès des jeunes.

La suite après cette publicité

L’atelier qui a débuté ce lundi 17 juillet 2017  à Ouagadougou s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités des 33 jeunes ambassadeurs en vue de les doter de compétences. Celles-ci mettent à profit les réseaux sociaux pour améliorer l’appropriation par les jeunes de la planification familiale et des bonnes pratiques en matière de santé sexuelle et reproductive.

A la cérémonie d’ouverture, le représentant du chef de file du groupe technique santé de la reproduction (GT/SR) Nicolas Ouédraogo, a reconnu que la stratégie est novatrice. « Les actions des jeunes ambassadeurs se résument à l’animation de plateforme interactive avec leurs pairs et de plaidoyer pour le changement de normes et politiques en faveur de l’accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive », a-t-il dit.

Selon la présidente du réseau des jeunes ambassadeurs pour la planification, Clémentine Tarnagda,  le premier jour de la formation sera consacré à l’appropriation des questions de la santé sexuelle et reproductive. Pendant les deux autres jours, les jeunes seront ensuite outillés sur la façon dont le blogging et les réseaux sociaux peuvent être utilisés pour partager et promouvoir ces connaissances acquises.   

Nicolas Ouédraogo a expliqué que depuis leur installation en juillet 2015, les activités des jeunes ont permis d’engranger de bons résultats dont la distribution de condoms, la participation aux cadres nationaux et régionaux et la diffusion de résultats et d’informations du GT/SR sur les réseaux sociaux.

A noter que la cérémonie d’ouverture a connu la présence du Dr Mathieu Bougma, représentant la directrice de la santé et de la famille. 

Aimé KPODA (Stagiaire)

Burkina24          

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. pour une meilleure planification, il nous faut un objectif chiffré de la population à un horizon donné (exemple 30 millions en 2050) ainsi, les mathématiciens simuleront un taux de croissance de la population et proposer un quota par femme( par exemple 3 enfants au lieu de 7 actuellement) .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page