Lutte contre le changement climatique : La stratégie du Burkina

Au regard des effets néfastes du changement climatique, le Burkina Faso se dote d’une stratégie pour y faire face. Elle devrait permettre au pays de disposer à terme de ressources humaines  avec des connaissances, des compétences et des capacités pour anticiper ou s’adapter aux changements climatiques. Le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du  changement climatique a procédé ce mardi 1er août 2017 à Ouagadougou, à la présentation de la Stratégie Nationale d’Apprentissage sur les Changements Climatiques (SNACC) en présence des partenaires techniques et financiers.

La suite après cette publicité

Au Burkina Faso, les projections des études du programme national d’adaptation à la variabilité et aux changements climatiques de 2007, montrent que les précipitations devraient diminuer de 3, 4% d’ici 2025 et de 7,3% en 2050. Les températures connaîtront une hausse de près de 1°C en 2025 et 1,7°C en 2050.

Il est aussi indiqué que ces changements auront des répercussions particulièrement sévères sur les secteurs de l’eau, de l’agriculture, de l’élevage et des forêts et les populations rurales en général devraient connaître des niveaux accrus de vulnérabilité.

Face à un tel tableau, le gouvernement veut se mettre  déjà à l’œuvre et adopte sa stratégie d’apprentissage sur le changement climatique conformément à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement (CCNUCC).

En effet, cette stratégie nationale mise en place est la réponse à  l’appel lancé à la 18e conférence de Paris sur le climat en 2012, aux parties de se doter des programmes nationaux de travail sur le climat pour améliorer l’apprentissage et les connaissances des populations sur les changements climatiques.

Le présidium de la cérémonie de lancement

C’est donc sous un processus participatif et inclusif que le ministère en charge du climat avec ses partenaires techniques et financiers, la société civile, a identifié quatre secteurs prioritaires notamment l’éducation, l’agriculture, l’environnement et la santé pour l’apprentissage et le renforcement des compétences sur le climat.

Pour l’atteinte de son objectif d’ici 2025, trois axes stratégiques ont été formulés. Il s’agit de  l’institutionnalisation de l’apprentissage sur le changement climatique, l’enseignement et le renforcement des capacités des acteurs sur la problématique  et la gouvernance de l’apprentissage sur le changement climatique.

« Sur le terrain, les axes sont clairs. Il faut d’abord passer par la sensibilisation à travers les secteurs qui ont été identifiés (… ). Nous allons ensemble procéder à la diffusion du contenu pour que chacun comprenne comment au regard de ces effets néfastes se comporter.  Il faudra renforcer la capacité des acteurs qui seront en phase de pouvoir transmettre la bonne information  et à travers le MENA, c’est de voir comment introduire l’éducation environnementale », explique Nestor Batio Bassière, ministre de l’environnement.

Une vue des partenaires techniques et financiers et des responsables des secteurs identifiés

Il a par ailleurs rappelé que le gouvernement joue déjà sa part en formant des encadreurs pédagogiques en charge de l’élaboration des curricula en août 2016, en renforcement des capacités des négociateurs nationaux sur le changement climatique, en formant les professionnels de médias, entre autres.  Par conséquent, il a invité l’ensemble des parties prenantes à s’investir davantage dans la réalisation des activités déclinées par le plan d’action.

Quant à la coordonnatrice résidente du système des Nations unies au Burkina, Metsi Makhetha, elle a salué l’engagement du gouvernement burkinabè et souligne la pertinence  de la stratégie burkinabè par rapport aux actions efficaces qu’elle dégage.

La cérémonie du jour a pris fin avec la remise de documents sur la stratégie nationale d’apprentissage sur le changement climatique aux partenaires et responsables de secteurs identifiés.

Revelyn SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page