Zéphirin Diabré : Salifou Diallo « n’avançait pas masqué »

4147 0

Le décès du Président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, a été officiellement annoncé. Venus pour participer à la marche à la mémoire des victimes de l’attaque du 13 août 2017 au Café Istanbul, des hommes politiques burkinabè ont été approchés par Burkina 24 le samedi 19 août 2017. Tous sont unanimes, « le Burkina Faso a perdu un grand homme ». 

Zéphirin Diabré (UPC) : Salif Diallo « n’avançait pas masqué »

« D’abord nous présentons nos condoléance à sa famille, à ses camarades du MPP. Nous avons perdu un fils valeureux de notre pays qui a marqué des années de notre histoire politique et qui a apporté une contribution inestimable à la construction de notre démocratie.

Je retiens de lui un homme d’action, un homme de conviction et un homme d’engagement. Nul n’est parfait, donc, forcement lui aussi il avait ses défauts. Lorsque Salif Diallo croyait à quelque chose, il s’engageait à fond.

Il y a une chose que j’aimais particulièrement chez lui, c’est qu’il n’avançait pas masqué. Ce qu’il pense, il le dit et ça c’est très important. C’est une grosse perte pour notre pays. C’est encore le moment d’appeler au rassemblement, à l’union des cœurs. Qu’il repose en paix et que la terre libre du Burkina lui soit légère ».

Gilbert Noel Ouédraogo (ADF/RDA) : « C’est une perte pour notre pays »

« Nous sommes touchés par cette disparition subite. On sait bien qu’il avait été malade, mais nous n’avions pas imaginé que ça se terminerait de la sorte. Je voudrais exprimer ma compassion et mes condoléances à toute la famille et dire que c’est une perte pour notre pays le Burkina Faso. Nous prions Dieu pour qu’il puisse reposer en paix ».

Ablassé Ouédraogo (Le Faso Autrement) : Salif Diallo, « tu as été un brave homme sur terre »

« Comme tous les Burkinabè, je suis habité par des sentiments de tristesse. Je suis ému et comme vous le savez, Salif Diallo que j’ai eu la chance de côtoyer ou de travailler avec aux côtés du Président Blaise Compaoré, c’est un fonceur. Je l’appelle affectueusement le baroudeur. En ces moments de tristesse, je voudrais présenter à l’ensemble du peuple burkinabè, nos sincères condoléances et exprimer à sa famille, toute notre compassion et demander l’apaisement des cœurs.

Salif Diallo est un patriote, il aime son pays. Il a fait ce qu’il pouvait pour son pays. Nous devons continuer le combat qu’il a mené pour le progrès de notre chère patrie.  Je voudrais dire que tout le peuple lui est reconnaissant pour ce qu’il a fait. Salif Diallo, tu as été un brave homme sur terre. Repose en paix et sois fier de ce que tu as pu faire pour tes compatriotes ».

Rasmané Ouédraogo (NAFA) : « C’est un homme qui a marqué son temps et son pays »

« Nous avons été très surpris par la nouvelle avec beaucoup d’émotions et de consternation. On le savait malade, mais on ne pouvait pas imaginer que cela puisse arriver. C’est une perte pour la nation et quelle que soit l’opinion qu’on pouvait avoir pour l’homme, il faut avouer que c’est une perte pour la nation.

Il a marqué le pays, il a apporté sa contribution et comme tout homme de conviction et d’actions, il a du faire des erreurs, c’est ça aussi l’homme. Que la terre libre du Burkina lui soit légère. C’est un homme qui a marqué son temps et son pays ».

Achille Tapsoba, président par intérim du CDP : « C’est la main de Dieu, on n’y peut rien »

« Nous avons appris le décès avec beaucoup de surprise et nous avons déploré la perte de cet homme politique qui a marqué le Burkina Faso à sa manière. C’est vrai que nous étions opposés, mais il reste un homme politique de taille que nous avons perdu. C’est vraiment une perte pour la nation.

Il est évident que l’homme que nous avons perdu a été dans des considérations multiples et controversées. Mais je retiens que pour l’essentiel, il a animé la vie politique nationale et nous avions bon espoir qu’il allait y avoir une amorce vers la réconciliation nationale avec son parti, le MPP. Malheureusement cela n’a pas été le cas. La mort l’a arraché. C’est la main de Dieu, on n’y peut rien.

Nous présentons à sa famille, nos condoléances les plus attristées et nous espérons que sa disparition fera l’objet d’une considération sur le plan national ».

Lire  👉👉 Burkina : Décès du Président de l’Assembée nationale, Salifou Diallo

Aussi 👉👉 Retour sur quelques propos et discours de Salifou Diallo

Propos recueillis par Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre