Projets de déstabilisation de la Côte d’Ivoire : Des pro-Gbagbo dans le viseur

Abidjan (Côte d’Ivoire) – Le Ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Sidiki Diakité a accusé, le jeudi 7 septembre, au travers d’un communiqué lu depuis le palais présidentiel, deux proches de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, en exil au Ghana, d’être les commanditaires des récentes attaques contre l’école de police d’Abidjan et plusieurs postes de police et de gendarmerie à travers le pays. 

La suite après cette publicité

Ce sont au total sept attaques contre des postes de police et de gendarmerie perpétrées par ces hommes depuis juillet 2017. Les dernières révélations du Ministre Sidiki Diakité émanent des conclusions tirées de la réunion extraordinaire du Conseil National de Sécurité (CNS) du jeudi 6 septembre et présidée par le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara.

C’est depuis le perron de la présidence ivoirienne que le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, a ouvertement accusé des proches de l’ancien Président Laurent Gbagbo, en procès pour crimes contre l’humanité à la Cour Pénale International (CPI) de La Haye au Pays Bas. Il s’agit en l’occurrence de Damana Pickass et Stéphane Kipré, gendre de Laurent Gbagbo et président du parti l’Union des Nouvelles Générations (UNG).

« Ces personnes instrumentalisent et arment certains démobilisés et militaires déloyaux » a affirmé le sécurocrate ivoirien qui explique également que « les informations recueillies au cours des enquêtes et des auditions montrent clairement que ces attaques s’inscrivent dans un projet de déstabilisation impliquant notamment des responsables politiques, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, plus particulièrement au Ghana », a-t-il précisé.

En attendant l’émission de mandats d’arrêt contre les personnes soupçonnées comme étant les commanditaires de ces attaques visant à déstabiliser la Côte d’Ivoire, 35 personnes, anciennement membre des Forces de défense et de sécurité (FDS), des miliciens ou ex-combattants, ont été mis aux arrêts.

Se prononçant sur le feuilleton des évasions dans les prisons ivoiriennes dont la dernière en date est celle de la prison de Katiola, dans le Centre-Nord, le ministre Sidiki Diakité a annoncé de nouvelles dispositions pour le renforcement de la sécurité autour des maisons d’arrêts et de corrections.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                     Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page