Apurement du passif foncier : Le réquisitoire d’une coalition d’associations

1434 0

44 associations réunies au sein de la Coalition des associations pour la défense du droit au logement ont ce mardi 14 novembre 2017 dénoncé des iniquités dans les travaux des commissions ad ‘hoc chargées de l’apurement du foncier.

La coalition a donné sa lecture sur les travaux des commissions ad ’hoc chargées de l’apurement du foncier. Son secrétaire général Pama Nebié a fait savoir que leur coalition avait envoyé sa plateforme revendicative aux différentes collectivités locales. Mais c’est avec regret qu’elle n’a pas eu de réponse de sa plateforme revendicative. Elle exige, entre autres, la réalisation d’audits sérieux sur les opérations de lotissements et la confiscation des parcelles détournées. Malgré le silence radio du gouvernement sur la plateforme revendicative, la coalition reste autant mobilisée pour la défense du droit de logement.

Selon la coalition, les travaux de la commission interministérielle chargée de superviser l’apurement du passif foncier qui a été présenté comme la solution aux préoccupations de populations en matière de logement n’ont pas eu l’effet escompté. Les membres de la coalition avancent pour preuve, l’absence de sorties sur le terrain des acteurs de cette commission et la non prise en compte des revendications des associations de lutte des populations. A cela s’ajoute le non-retour des résultats de cette commission. En effet, souligne Pama Nebié, «deux mois après la fin des travaux de ces commissions, rien ne filtre ».

 Elle dénonce également « le manque de sérieux et le mépris qu’affiche le pouvoir actuel vis-à-vis des préoccupations des populations en matière de logement ».

L’Etat et les collectivités locales ne sont  pas les seuls pointés du doigt par la coalition. Elle accuse également les sociétés immobilières de la place d’empêcher l’apurement du passif foncier.

La coalition a indiqué que le rapport d’enquête parlementaire sur le foncier 2016 était une lueur d’espoir pour eux. Mais grande fut leur déception de voir que malgré les recommandations de ce rapport, rien n’est fait. « Certaines crapules du foncier continuent de narguer les populations et d’autres sont en train de quitter ce monde dans une impunité totale!»,  s’offusque la coalition.

« L’apurement du passif foncier passe par des audits préalables (…), le retrait des parcelles illégalement attribuées ou détournées, leur réattribution, l’arrestation et le jugement des fautifs et la fin du pillage foncier par les sociétés immobilières(…) », figurent parmi les revendications de la coalition.

Irmine KINDA

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre