Médaille Thomas Sankara : Reconnaissance aux adversaires du désert et de l’insuffisance rénale

975 0

Après la première édition tenue en décembre 2016, l’association des Burkinabè d’Allemagne a  organisé le jeudi 18 janvier 2018 la deuxième édition de la médaille Thomas Sankara. Pour cette édition, la Passerelle die Brücke  n’a pas primé les innovateurs et inventeurs mais a remis une attestation de reconnaissance à certains hommes et structures qui œuvrent dans les actions humanitaires.

Encourager  les jeunes à s’intéresser à l’invention et l’innovation, c’est l’objectif fixé par la Passerelle die Bruke, l’association des Burkinabè vivant en Allemagne en collaboration avec Vision parfaite. Cette association à travers la médaille Thomas Sankara récompense les jeunes dans ce domaine.

 La médaille Thomas Sankara est un  évènement pour découvrir, récompenser et suivre les inventeurs et innovateurs qui peuvent permettre au Burkina Faso d’aller à l’industrialisation à travers leur génie créateur, et créer des emplois. Pour la deuxième édition tenue le jeudi 18 janvier 2018, les inventeurs et innovateurs n’ont pas été primés mais des attestations ont été remises à certaines personnes et structures.

« Cette année nous n’avons pas donné la médaille parce que le jury a estimé qu’il n’y a pas eu d’invention majeure. Nous avons donné seulement d’attestation à Yacouba Sawadogo, l’homme qui a arrêté le désert parce que nous trouvons qu’il a franchement fait quelque chose pour le Burkina Faso. A Don Sharp De Batoro et son groupe qui se battent contre l’insuffisance rénale. C’est cet engagement que nous voulons que les jeunes comprennent et qu’ils s’engagent sans arrière pensée, sans attendre quelque chose du gouvernement », explique Boukar Barra, président de la Passerelle.

 « La suite, elle est assez connue déjà même si on  ne l’a pas encore rendue officielle. C’est d’acheminer le matériel déjà acquis par l’association AURAF en France. Ce matériel est composé d’appareils d’hémodialyse, de fauteuils, de lits pour le centre hospitalier Souro Sanou. Pour rendre plus visible l’action, je prépare avec le groupe un concert le 30 mars 2018 pour collecter des fonds afin d’accompagner ce matériel à travers des intrants médicaux (gants, draps) », affirme Don Sharp De Batoro, porte-parole de  Auraf Burkina.

En plus de Auraf, le Moogho Naaba Baongho, à travers son soutien au développement et au maintien de la paix et Monica Rinaldi ont aussi reçu chacun une attestation.

Saly OUATTARA

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre