Marcel De Souza honoré par le Burkina

684 0

Le Président de la commission de la CEDEAO, Marcel de Souza a été élevé à la dignité de Commandeur de l’Ordre national burkinabè cet après-midi du 9 février 2018 à Ouagdougou. De Souza quitte son poste après y avoir passé deux ans.

C’est lors d’une cérémonie solennelle dans le jardin du Ministère des Affaires Etrangères que le Président de la commission de la CEDEAO Marcel de Souza, a reçu sa médaille de Commandeur de l’Ordre National burkinabè.

Les défis de De Souza à la tête de la commission de la CEDEAO en ces deux ans étaient entre autres d’œuvrer à l’aboutissement du processus de réforme institutionnelle,  de réduire les charges, le nombre de commissaires et de diviser les 15 commissaires en 9. Cependant, certains de ces objectifs n’ont pas été atteints puisqu’aux dires de De Souza, « les chefs d’Etat ont décidé de revenir à 15 commissaires au lieu de 9. Mais cela n’empêche pas qu’on peut être 9 et dépenser plus que 12. Tout dépend de l’efficacité que nous recherchons… ».

Le Ministre des Affaires Etrangères  Alpha Barry a tenu à saluer les mérites de De Souza pour le travail abattu au bout des deux ans à la tête de la commission de la CEDEAO et pour son implication dans la réussite du FESPACO 2017. Selon le ministre, «il a fait un immense travail tant au niveau politique, au niveau sécuritaire de la région, même  au niveau de certains aspects que j’allais dire symboliques ».

Quant au récipiendaire, il n’a pas manqué de témoigner sa reconnaissance aux autorités et au peuple burkinabè pour la distinction. Il souligne toutefois que, « actuellement l’objectif numéro 1,  c’est d’abord la sécurité. Vous savez, nous avons d’un côté, Boko Haram, de l’autre côté les défis sécuritaires dans le Sahel. Le G5 Sahel est en train de prendre. Nous allons les soutenir et nous devons faire créer une fronde pour lutter contre le terrorisme où que ça se présente.  Nous ne pouvons pas assister impunément à la destruction de la vie de nos citoyens, des militaires et des civils ».

Pour De Souza, l’intégration est également un objectif que la CEDEAO doit pouvoir atteindre car les défis sont encore multiples et multiformes. La pauvreté et le chômage doivent être vaincus en ce sens qu’ils constituent un handicap pour aller vers le développement. Selon lui, il est impératif pour les pays membres de la CEDEAO de rester solidaires afin de venir à bout du terrorisme.

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles du même genre