Burkina : Dissolution du « groupe de sécurité islamique »

2598 9

Le ministre de la communication a annoncé ce 28 mars 2018 que le « groupe de sécurité islamique » de Pouytenga a été dissout.

A l’issue du conseil des ministres de ce mercredi, Remis Dandjinou, le porte-parole du gouvernement, dans un communiqué, a indiqué que le Haut-commissaire a notifié à l’association qui a mis en place le groupe de « sécurité islamique » à Pouytenga sa dissolution pour activités non conformes à son récépissé.

Le même sort est prévu pour d’autres associations.

« Sur ces questions, il y a, semble-t-il, d’autres groupes du même type qui existent dans certaines provinces. Les haut-commissaires et les gouverneurs ont été mandatés par leurs pouvoirs hiérarchiques, de prendre toutes les dispositions pour que si ces associations ne respectent pas les termes des agréments qui leur ont été donnés, qu’elles soient également dissoutes », a affirmé le ministre en charge de la communication.

Burkina24

Il y a 9 commentaires

  1. Le nommé Made! Sache que le Docteur n’a rien à voir avec l’organisation des activités de cette association . Le Docteur est un prédicateur sollicité par de beaucoup d’associations, de villes, de quartier, donc meme si l’association n’avait pas de récépissé cela n’enlève rien sur la crédibilité du Docteur encore moins sur son savoir immense . D’ailleur il faut souligner que cette dissolution prononcée par le gouvernement est irrégulière au regard de la loi portant liberté d’association qui en son article 62 et 63 stipule comme suit:
    Article 62 : En cas de violation des lois et règlements de la république par une association et
    en cas de trouble à l’ordre public, le ministre en charge des libertés publiques prend un arrêté
    de suspension de toutes activités de l’association concernée.
    L’arrêté de suspension est motivé et comporte la durée de suspension qui ne peut excéder
    trois mois.
    Article 63 : La dissolution de toute association, union ou fusion d’associations, intervient selon
    les conditions ou dispositions fixées par les statuts.
    Toutefois, lorsqu’il est établi après une enquête diligentée par des agents assermentés, que
    l’association poursuit une cause ou un objet illicite ou contraire aux bonnes mœurs, ou qu’elle
    se livre à des activités contraires à ses statuts, ou à des activités qui revêtent le caractère d’une
    milice privée, la dissolution de l’association est prononcée par décret pris en Conseil des
    ministres, sur proposition du ministre chargé des libertés publiques.

  2. Bravo au Gouvernement pour sa vigilance. La sécurité d’un État doit être assurée par des éléments dont il maîtrise le contrôle et dont la fiabilité est établie. Merci.

  3. Je pensais que c’est un Docteur! Il connais meme pas les reglements de son association. C’etais alors un simple imposteur! C’est le cote visible de l’iceberg. Que seront les centaines de jeunes qui ecoutent ce type?
    Bravo a l’etat, ici cest un Burkina laic. Il faudra meme espioner les preches de ce type.

  4. Bonjour, nous sommes déjà en danger avec ces groupes dit d autodéfense. Si les autorités et les populations continuent à croire que quelques individus peuvent instaurer la sécurité dans notre pays,nous n aurons bientôt que nos yeux pour pleurer
    L’exemple des Mai Mai en RDC est là pour nous convaincre
    Gloire éternelle au peuple !

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre