Blessés de l’insurrection et du putsch : Après l’opération chirurgicale, des vivres

1052 0

Après avoir pris en charge l’intervention chirurgicale des 10 blessés de l’insurrection populaire et du putsch manqué, le Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN), a fait le tour des habitations de ces personnes pour prendre de leurs nouvelles. La délégation de la structure n’est pas allée les mains vides. Grâce au ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, elle a doté chaque blessé de quatre sacs dont deux de maïs de 50kg  et deux de riz de 30kg.

Les blessés de l’insurrection et du putsch manqué ayant subi récemment des interventions chirurgicales grâce au Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale, ont à nouveau reçu la visite de l’institution. En effet, ce mardi 15 mai 2018, une délégation de la structure, avec à sa tête la première vice-présidente du HCRUN, s’est rendue dans les domiciles des blessés à Gampèla, Saaba, Nagrin, Paglayiri, Samandin, Hamdalaye, Dapoya, Tanghin et Paul VI. Ces derniers à l’unanimité ont manifesté leur joie. En tout, ce sont 40 sacs de vivres qui ont été distribués aux blessés, avec le concours du ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille.

Pour la première vice-présidente, Ariane Lucienne Zoma, cet apport alimentaire entre dans le projet thérapeutique. « Quand les gens opérés sont suivis médicalement,  ils ont un traitement à suivre. Certains blessés sont dans des situations difficiles à cause des conséquences de blessures. Cet apport est une démarche de solidarité qui témoigne de notre volonté de les accompagner dans tous les différents aspects qui les concernent », a-t-elle expliqué.

Reconnaissance

L’un des bénéficiaires, Patrice Tegré, blessé du coup d’Etat a exprimé un sentiment de joie et a souhaité que le HCRUN les accompagne jusqu’à la fin de leurs soins. Quant au secrétaire général de l’Association des blessés de l’insurrection populaire, Adama Tapsoba, il se dit satisfait des actions de la structure. Selon lui, « des promesses ont été faites par l’organisme, et les promesses ont été tenues. C’est donc un soulagement.

Ces blessés étaient toujours en attente de soins et le HCRUN a pris les interventions en charge des 10 personnes et  aujourd’hui, cette structure leur donne des vivres.  Nous remercions le HCRUN de mener les actions à l’endroit de nos camarades blessés et  nous osons croire que cela s’étendra aux autres blessés qui ont besoin toujours de soins ».

Lucienne Zoma a formulé des vœux d’encouragement à tous ceux qui sont en attente d’être opérés et de suivi médical et souhaité un bon début de jeûne du Ramadan aux blessés.

Irmine KINDA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre