La fenêtre du coach ǀ Pour grandir, il faut sortir des croyances!

1153 0

Les êtres animaux sont connus comme étant des êtres très  instinctifs, guidés par l’instinct de survie. Sans se tromper, il est possible d’affirmer que l’être humain est un être de croyances. Ce que nous sommes est un condensé de croyances. Nos comportements, nos habitudes, notre manière de voir la vie et d’interpréter les choses sont le résultat de nos croyances.

Pour l’être humain, vivre c’est croire. Nous devons croire que les aînés sont plus sages, que l’état est là pour le bien de tous, que l’enfer et le paradis existent, que Dieu est bon…Nous devons croire qu’il n’y a pas de réussite sans l’école, que toute personne sérieuse doit se marier et faire des enfants…On nous demande même d’accepter que tout ce qui est qualifié de ‘scientifique’ est vérité; la science ne se trompe pas!

Tout est donc croyance chez l’humain et nous ne vivons que pour respecter les croyances qui régissent notre vie. Mais d’où nous viennent les croyances?

Si nous sommes guidés par les croyances, c’est parce que nous avons peur. Là où il y’a la peur, les croyances sont de plus en plus fortes. Par exemple, la peur de l’enfer nous fait croire en un Dieu bon, celui-là même qui va nous tirer du feu de l’enfer.

De prime abord, nous pouvons penser que la croyance n’est que religieuse. Mais tout dans notre vie est croyance. Ce sont les croyances qui nous font agir, qui nous font désirer, qui nous font vivre. Elles constituent de ce fait le moteur de la vie. Elles nous motivent et nous poussent à l’action. Elles nous permettent aussi d ‘espérer, de croire que demain sera meilleur. Que nos projets se réaliseront par la grâce et la bonté du ciel. ‘’Si tu crois, tu verras la main de Dieu opérer dans ta vie’‘, dit la chanson.

L’un des nombreux bénéfices de la croyance est lié au fait que par elles nous développons des réflexes, des habitudes, des routines quotidiennes…Et la vie est belle !

Les routines et les habitudes facilitent notre vie. Elles nous permettent d’agir sans perdre le temps à la réflexion, sans questionner, sans douter. L’essentiel, c‘est donc d’agir, une fois qu’une croyance a bien été acceptée et intégrée dans notre mental. Si je crois fermement que l’argent me conduit au bonheur, je n’ai plus de questions à me poser; j’ai juste à me plonger dans une quête effrénée de richesse pour trouver le bonheur tant recherché. Si je crois que la paix, la joie, l’amour réside dans la pratique d’une quelconque religion, je n’ai plus qu’à me livrer entièrement dans le respect et l’application stricte des règles dictées par ma religion. Et croyez moi, ça marche!

C’est aussi ce que faisait le peuple juif. Croyant que leur salut viendrait de la mortification  de l’âme, d’une certaine pureté du corps ils s‘adonnaient à  cœur joie à des pratiques de purification: lavage des mains, interdictions de manger certains aliments, rituels sacrificiels etc…. D’ailleurs, ces pratiques n’avaient- elles pas été recommandées par Moïse au travers des dix (10) commandements?

Celui qui obéit aux croyances se facilite donc amplement la vie. Tout comme un petit enfant est bien-aimé de sa famille quand il obéit à la lettre à ce qu’on lui commande. Il est donc qualifié d’enfant bon, poli et respectueux. Il reçoit même des récompenses pour cela. La société sait récompenser les personnes qui se soumettent aux lois. Elle les appelle ‘bon citoyen’, les décorent et les désignent comme des modèles à suivre. La religion quant à elle qualifiera de pieux et de ‘vrai enfant de Dieu’  celui qui va régulièrement à l’église, qui est toujours dans le jeûne et la prière et qui paye fidèlement ses dîmes. 

Pourtant, toutes nos croyances ne sont que des idées-reçues. Notre conception de Dieu, tant qu’elle reste attachée  au Dieu de la bible ou du Coran, n’est qu’une idée-reçue. Notre conception sociale du bonheur, du succès ou de la richesse n’est que  ‘idée reçue’ tant qu’elle ne nous conduit pas à l’intelligence, la force et la liberté.

Le dictionnaire Wikipédia donne une explication intéressante de l’idée reçue. Selon lui, c’est une opinion, un stéréotype, un cliché qui a la particularité de s’admettre assez aisément.

Toutes nos croyances partagent les caractéristiques des idées-reçues. Elles sont très répandues, elles donnent des réponses toutes-faites à des questions existentielles, difficiles et complexes que tous se posent. Surtout, elles nous évitent de réfléchir, de creuser, de chercher. C’est pourquoi nos croyances ne sont pas remises en cause. D’ailleurs, pourquoi les remettre en cause s’il en a toujours été ainsi pour tous, depuis des siècles, voire des millénaires?

Au delà de la religion, la science elle-même est bâtie sur le fondement de la croyance selon laquelle tout ce qui est scientifique est vérité.

Cependant, pour croître véritablement, il est important d’apprendre à questionner toutes ces choses afin d’entrer véritablement dans la foi. Car seule la foi vraie produit la vie!

Romuald KABORE

Psychologue-Consultant

Chroniqueur pour Burkina24

Email: [email protected]


La fenêtre du coach est une chronique animée deux fois par mois par le psychologue Romuald Kaboré. 

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre