70 ans de l’IIT : Le Burkina à l’honneur

239 0

L’Institut International de Théâtre (IIT), le plus grand réseau mondial des arts de la scène, fête ses 70 ans d’existence. Cette célébration se veut mondiale, sur tous les continents. Pour l’Afrique, le Burkina Faso a l’honneur d’accueillir cette commémoration pour son programme d’activités proposé et retenu par le conseil exécutif. Des ateliers de formation des arts de la scène  sont au programme et ce du 22 au 30 septembre 2018 à l’espace culturel Gambidi à Ouagadougou.

A l’instar de tous les centres de l’Institut International de théâtre ( IIT) en Afrique, le centre burkinabè a présenté son projet pour célébrer les 70 ans de l’Institut International et a retenu l’attention avec son projet « Scènes émergentes en Afrique » pour le continent africain.

« Nous pensons qu’elle était une proposition objective, équilibrée et assez pertinente pour être retenue », dit Amadou Mandé, président du centre bukinabè de l’Institut international de théâtre.

« Scènes émergentes en Afrique » est un programme qui se décline en trois axes, l’aspect artistique, la technique d’accompagnement des spectacles et  l’aspect managérial.

« On s’est rendu compte qu’il y avait  des faiblesses au niveau du travail africain. Parfois nous avons des créations de très grandes qualités mais qui manquent au niveau technique d’un accompagnement adéquat. Parfois aussi nous avons des créations qui techniquement sont irréprochables mais qui manquent de promotion, d’ouverture sur les scènes africaines et mondiales», explique-t-il.

Toute l’Afrique est représentée. Une centaine de jeunes artistes, étudiants en arts et professionnels africains retenus sur plus de 400 candidatures reçues et une vingtaine d’experts venus du monde entier, notamment de la république populaire de Chine, de la Suisse, du Sénégal, de la Belgique, la France, du Bénin et du Burkina sont présents à Ouaga.

Dix ateliers de formation en théâtre, danse, des soirées de spectacles composent le menu de l’évènement. Dix jours durant, ils expérimenteront le vivre ensemble, le dialogue interculturel et parfois le choc des cultures. Pour ce faire, le président du centre burkinabè les invite à garder à l’esprit leur objectif commun, celui d’œuvrer à l’édification de passerelles favorisant un monde de tolérance, de paix et d’harmonie sociale.

C’est d’ailleurs la volonté de promouvoir ces valeurs et de construire un nouvel  humanisme qui a présidé à la création de l’IIT en 1948 à Prague sous l’égide de l’UNESCO.

La journée du 29 septembre sera consacrée à la célébration du 70e  anniversaire, au cours de laquelle est prévue, une conférence, une table ronde sur «Comment amener les arts au public », ce public qui est la raison d’être de la création de spectacles. 

Des prestations artistiques ont ponctué la cérémonie et cet aperçu du savoir burkinabè fait dire au directeur général de l’IIT Tobias Biancone qu’il a trouvé au Burkina Faso le berceau pour développer aussi bien son organisation que les arts de la scène en Afrique.

Il dit espérer que les fruits d’une collaboration avec le centre burkinabè et les autres centres africains de l’IIT vont amener le premier congrès de l’organisation à se tenir en Afrique.

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre