Namur: Le 33e FIFF s’ouvre sous le signe de « nos combats »

509 0

Le Festival International du Film Francophone (FIFF) se tient du 28 septembre au 5 octobre 2018. Les amoureux du 7e art sont invités à Namur la capitale de la Wallonie au sud de la Belgique à « partager le cinéma. En vrai. En grand ».

Les rues de Namur sont parées aux couleurs du FIFF pour annoncer les couleurs de la 33e édition. L’ouverture ce vendredi 28 septembre donne le clap  des activités et propose de nombreuses découvertes à travers 150 films, venant des quatre coins de la francophonie.

Les festivaliers ont pris d’assaut les salles de projection.

Trois salles le Caméo, le Théâtre de Namur, le Palais du Congrès ouvrent le bal à tour de rôle avec un mot du président, Jean-Louis Close et de la déléguée générale, Nicole Gillet.

Au cinéma Caméo, « Nos combats » du Franco-Belge, Guillaume Senez pour l’ouverture s’aligne sur les discours.

Un film qui relate l’histoire de Olivier, syndicaliste, bon manager de ses collaborateurs mais un père absent pour sa famille. Après le départ subi de la femme du foyer, Olivier se retrouvant avec ses deux enfants sous la main, arriverait-il à concilier toutes ses tâches?

Rappelant le rôle du cinéma  en tant que reflet de la société, anticipateur de bouleversement socio-politique et moraux de nos sociétés, Jean-Louis Close s’insurge dans son discours contre les atteintes à la liberté de penser, de créer, de circuler, faites à des réalisateurs, les atteintes à la liberté de la presse qui gagnent du terrain. Il cite le cas de plusieurs réalisateurs emprisonnés ou interdits de quitter leur pays.

Par ailleurs, il loue le combat pour l’égalité, contre le sexisme du mouvement des femmes «Me too» qui a fait des vagues dans l’actualité et a fait bouger les lignes dans le monde du cinéma. Dans cette lignée, Nicole Gillet souligne que 11 films et demi (parce que l’un étant co-réalisé) réalisés par des femmes sur 26 films en compétition en long métrage et première œuvre cette année. A noter que l’équipe du festival est composée majoritairement de femmes.

150 séances de films longs métrages fictions, documentaires, animations, des films en compétitions et des exclusivités, des rétrospectives et des séances campus sont au programme.

Des ateliers dédiés à la composition de musique de film, d’écriture, à la production, au jeu de comédien, tous les aspects du cinéma sont présents pour que chacun trouve son compte.

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre