Burkina : Fatou Diallo et ses amis de la Belgique offrent un dispensaire à la population de Keke

590 0

Dix kilomètres au moins, c’est la distance que devraient parcourir jusque-là les habitants du village de Keke pour pouvoir avoir accès au Centre de santé le plus proche. Les sentiers hautement dégradés qui mènent à ces Centres n’encourageaient aucunement les populations à faire de leur fréquentation une option. Pour avoir grandi dans ce village et être un témoin de toutes les souffrances endurées par les populations en matière d’accès aux soins, Fatou Diallo vivant à Bruxelles s’est fixée pour objectif de bâtir un Centre de santé dans ce village de Keke dans la commune de Koumbri. En Aout 2010, elle procède à la pose de la première pierre  de l’infrastructure sanitaire dont l’inauguration a été effective ce samedi 17 novembre 2018. Et pour l’occasion, les populations du village de Keke et environnants sont sorties nombreuses pour assister à la cérémonie inaugurale.

L’enthousiasme et la joie des populations entretenus par l’idée d’assister au passage d’une ère, celle des inquiétudes permanentes en matière de prise en charge sanitaire, à celle de la quiétude, étaient facilement perceptibles sur les visages des bénéficiaires.

Un peu plus loin, Fatou Diallo, une dame svelte en verre clair, habillée en pagne traditionnel de couleur jaune s’active avec son groupe restreint à réserver un chaleureux accueil à la colonne de véhicules qui s’arrêtera juste à leur niveau. Le Maire de la commune de Koumbri, Ousseni Gadema et sa délégation venaient ainsi de fouler le sol de Keke pour mettre un terme aux souffrances des populations en matière d’accès aux Centres de santé.

Après ce premier accueil, les officiels se dirigent vers le site où devait se tenir la cérémonie inaugurale. Ils sont accueillis par une population en liesse que le Maitre de cérémonie saura calmer après que les officiels ne rejoignent leur place.

A la gauche du Maire de la commune de Koumbri, est assise la promotrice Fatou Diallo. Et à la gauche de Fatou Diallo, un nonagénaire regarde avec un visage manifestement illuminé la bande annonciatrice de l’inauguration du « Dispensaire de Keke ». Il détachera ses yeux de cette bande lorsque le Maître de cérémonie demandera des ovations pour le père de la promotrice qui a quitté Abidjan pour venir assister à la cueillette du fruit de l’engagement et de la détermination de sa fille.

Quelque temps après le mot de bienvenue du chef de village de Keke, la promotrice a été invitée à s’adresser à la population. Son mot  a été bref, comme s’y attendaient beaucoup de personnes qui ne la connaissent pas volubile. Fatou Diallo a remercié l’ensemble des acteurs qui ont œuvré à ses côtés pour que soit concrétisé ce rêve de la population. Elle a précisé que cette initiative vient de sa mère Penda Diallo,  qu’elle a bien voulu accompagner. 

Elle a ensuite remercié et rendu un grand hommage à ses ami(e)s, institutions et autorités belges qui ont manifesté leur grand amour pour le peuple burkinabè en participant financièrement à la réalisation du dispensaire.  Avant de rejoindre sa place, elle a invité les populations à fréquenter le centre de santé et à rester à l’écoute des conseils des infirmiers qui y seront déployés.

Assises sous un soleil ardent qui peine à retirer le sourire des lèvres et les joies des cœurs, les populations observent le  maire de la commune appelé pour son allocution. Il ne manque pas de saluer l’engagement de Fatou Diallo qui a permis la mobilisation de plusieurs acteurs, parmi lesquels les autorités burkinabè et le conseil municipal de Koumbri, pour la réalisation de ce joyau d’une valeur totale estimée à 87 millions de francs F CFA.

Ousseni Gadéma indique à la population que des dispositions seront prises pour l’acquisition de moyens logistiques afin d’améliorer le fonctionnement du Centre de santé. Il n’oubliera pas de faire savoir aux populations que l’amélioration de l’accès des populations aux soins de santé de qualité figure en pole position dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) du Président Roch Kaboré.

Il a précisé  que dans  la commune de Koumbri, la politique ne divise pas, l’union sacrée est scellée autour des intérêts de développement des populations. « Ceux qui font la politique, sont à Ouaga », a-t-il déclaré. Ousseni Gadéma a invité les populations à s’impliquer dans la gestion intelligente du Centre de santé afin de lui permettre de satisfaire de façon durable les besoins en santé des populations. Avant de passer à la phase ultime de la cérémonie, Fatou Diallo a reçu des mains du maire de la commune de Koumbri une attestation de reconnaissance pour son engagement en faveur de la commune.

Il est 11h 45 minutes lorsque le maire, Justin Bonkoungou, le représentant  du ministre d’Etat auprès de la Présidence, Simon Compaoré, Fatou Diallo, la promotrice et leur suite ont été invités à passer à la coupure du ruban. A pas lents, ils se dirigent vers le dispensaire. 

A moins de 50 mètres de là, Aïcha, huit ans, née dans un domicile du village de Keke à cause de l’absence d’un centre de santé à proximité, est assise au milieu d’un groupe de femmes. Le visage blanchi par le vent de l’harmattan qui souffle  et la main gauche sur le menton, elle observe ces pas qui avancent pour la coupure du ruban qui marquera le début d’une nouvelle ère, celle qui offrira le plus de chance aux futurs sœurs et frères d’Aicha de naître dans un Centre de santé et dans des conditions qui garantissent davantage la santé de la mère,  de l’enfant et de toute la famille.

Correspondance particulière

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre