Assassinat du chef de village de Yirgou: « C’était un féticheur qui soignait des malades »

1213 6

Une rumeur fait état depuis ce matin de nouveaux affrontements ce mercredi 2 janvier 2019 à Yirgou dans la Commune de Barsalogho située à environ 100 km de Kaya, Chef-lieu de la région du Centre-Nord. Elle n’a pas encore été confirmée.

La rumeur faisant état d’un nouvel affrontement à Yirgou, à 75km de Barsalogho, n’a pas été confirmée. Mais, la situation reste tendue, selon plusieurs  sources.

« Toujours est-il qu’il s’agit de quelque chose à ne pas négliger parce que les Koglwéogo sont organisés et veulent vraiment en finir. Au niveau des populations persécutées, aussi, chacun est inquiet là où il est. Nous sommes sur le qui-vive », s’inquiète une source locale.

Dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019, des individus  armés ont mené une attaque considérée comme « ciblée » à Yirgou, dans ce village enfoui dans la région du Centre-Nord. Le Chef du village qui était également le Conseiller Municipal de ladite localité, a été abattu.

Cinq autres personnes, dont son fils et des membres du groupe Koglweogo, ont connu le même sort. Après leur forfait,  « les assaillants auraient pris la destination du Soum« , indique une source sécuritaire.

Le lendemain 1er janvier 2019, en représailles, les populations de Yirgou ont fait une « descente »  dans les hameaux de culture abritant la communauté peulh, les accusant d’être des hôtes des assassins du Chef de village. Les affrontements ont provoqué le décès de 7 personnes, selon un bilan provisoire, et des dégâts matériels.  

Les Forces de défense et de sécurité ont été déployées sur le terrain pour contenir des « velléités offensives entre les  différentes communautés« , ajoute notre source sécuritaire.

Les causes de ces assassinats restent jusque-là méconnues. Mais, « ce vieux était quand même une personne ressource connue de tout le monde, parce que c’était un féticheur qui soignait des malades », confie un habitant de la localité. Les pistes de nature terroriste sont également envisagées. 

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 6 commentaires

  1. C’est très honteux ce qui se passe au Burkina actuellement, on a toujours vécu en cohésion sociale les uns prêt des autres dans l’harmonie totale si on commence les choses telles que les représailles sur certaines communauté le pire risque d’arriver et on finira comme le Mali.Personne ne peut faire sa propre loi les autorités sont là pour ça alors pourquoi attaqué une communauté endeuillé des familles, a l’allure où vont les problèmes communautaire si on ne fait pas attention bientôt une guerre civile au Burkina et chacun défendra sa communauté. Le gouvernement est prévenu et doit prendre tous les précautions nécessaire pour éviter à tout pris ces genres de problème au pays.que Dieu bénisse le Burkina

  2. What!!! but It Is a real injustice. C’est une veritable hécatombe qui est encore perpétuer sur une communauté . Les autorités de notre pays doivent prendre leur responsabilité en main pour y mettre pratiquement fin à cette situation(je dit bien pratiquement qui est bien diffèrent de théoriquement) et surtout cet amalgame cette tendance qui vise à assimiler toute une communauté aux terroristes. Mes chère compatriotes soyons vigilant à cet amalgame qui nous fait sentir peu à peu à l’odeur du génocide. L’Injustice ,l’impunité, l’insouciance sont des éléments clés pour faire tergiverser un Etat dans le non souhaitable paracerque chacun est obliger de prendre part pour défendre sa communauté puisque la légitime défense sera le dernier recourt en cas de l’absence ou de la partialité de L’Etat. Et à mon humble avis c’est le souhait des ennemies de la paix(terroristes) créer une guerre entre les communautés qui vivaient jadis en parfaite harmonie. Que DIEU bénisse le BF!!!! et nous en garde de ce pressentiment du 06 Avril de l’autre coté de l’Afrique!!

  3. Jean Christophe KI |

    Vous avez mis une carte pour illustrer votre article mais il manque l’essentiel, Barsalogho (chef lieu de la commune) et Yirgou (village concerné).

  4. What!!! but It Is a real injustice. C’est une veritable hécatombe qui est encore perpétuer sur une communauté . Les autorités de notre pays doivent prendre leur responsabilité en main pour y mettre pratiquement fin à cette situation(je dit bien pratiquement qui est bien diffèrent de théoriquement) et surtout cet amalgame cette tendance qui vise à assimiler toute une communauté aux terroristes. Mes chère compatriotes soyons vigilant à cet amalgame qui nous fait sentir peu à peu à l’odeur du génocide. L’Injustice ,l’impunité, l’insouciance sont des éléments clés pour faire tergiverser un Etat dans le non souhaitable paracerque chacun est obliger de prendre part pour défendre sa communauté puisque la légitime défense sera le dernier recourt en cas de l’absence ou de la partialité de L’Etat. Et à mon humble avis c’est le souhait des ennemies de la paix(terroristes) créer une guerre entre les communautés qui vivaient jadis en parfaite harmonie. Que DIEU bénisse le BF!!!! et nous en garde de ce pressentiment du 06 Avril de l’autre coté de l’Afrique!!

  5. Jean Christophe KI |

    Vous avez mis une carte pour illustrer votre article mais il manque l’essentiel, Barsalogho (chef lieu de la commune) et Yirgou (village concerné).

  6. C’est très honteux ce qui se passe au Burkina actuellement, on a toujours vécu en cohésion sociale les uns prêt des autres dans l’harmonie totale si on commence les choses telles que les représailles sur certaines communauté le pire risque d’arriver et on finira comme le Mali.Personne ne peut faire sa propre loi les autorités sont là pour ça alors pourquoi attaqué une communauté endeuillé des familles, a l’allure où vont les problèmes communautaire si on ne fait pas attention bientôt une guerre civile au Burkina et chacun défendra sa communauté. Le gouvernement est prévenu et doit prendre tous les précautions nécessaire pour éviter à tout pris ces genres de problème au pays.que Dieu bénisse le Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre