Burkina : Des récidivistes pris dans les mailles des filets des hommes du commissaire Galbané

Le Service Régional de la Police Judiciaire du Centre (SRPJC) a démantelé un réseau de présumés délinquants. Le SRPJC a procédé à la présentation des présumés voleurs ce jeudi 14 novembre 2019. Spécialisé dans le vol des motocyclettes et le trafic de faux billets, le groupe a à son actif un bon nombre d’actes.

La suite après cette publicité

21 motos, 1 poste téléviseur, 30 téléphones portables, de la drogue et une somme d’environ 3 millions de francs CFA. C’est là, la composition du butin saisi par la police judiciaire du Centre. Un coup de filet rendu possible après de nombreuses enquêtes. Et c’est en début novembre que les hommes du commissaire de police Sayibou Galbané ont effectué cette prise.

Une quinzaine de présumés malfaiteurs sont aux arrêts. Le commissaire Sayibou Galbané indique que la plupart sont des récidivistes. « Un employé de commerce domicilié au secteur 17 de Ouagadougou a quitté la MACO le 14 août 2019 après 25 mois de détention. L’intéressé, 4 jours après sa libération, s’est rendu coupable de vol de moto », a déclare le chef du SRPJC, le commissaire Galbané.

21 motocyclettes retirées des mains des présumés bandits

La question se pose sur la politique pénitentiaire. Là-dessus, le commissaire de police Jean-Marie Kouraogo s’est exprimé. « Ce n’est pas la politique le problème. C’est l’efficacité de cette politique. Quand on lit, tout est bien beau et peut-être que si tout était suivi, ça allait résorber le problème. Mais tout le monde voit qu’il n’y a pas les moyens d’accompagnement de certains textes », a-t-il souligné.

La surpopulation, une cause du récidivisme

La problématique de la surpopulation carcérale est ainsi posée. Le commissaire estime qu’une extension des maisons d’arrêt est indispensable, même si cela laisserait croire que le banditisme ne régresse pas. Une solution qui doit permettre d’éviter le mélange de différents types de prisonniers. Un mélange qui parfois conduit certains détenus à rentrer en prison avec « un niveau CEP et en ressortir avec un doctorat » en acte criminels, déplore le commissaire Galbané.

Environ 3 millions de francs CFA en faux billets

Il faut ajouter que les présumés malfaiteurs ont un âge compris 18 et 33 ans. Pour le mode opératoire, les bandits procédaient par filature avant de récupérer les engins et les objets en menaçant les propriétaires avec des couteaux. La drogue quant à elle viendrait des pays étrangers où le recel du butin se faisait.

Mais en cette matinée de jeudi, certains propriétaires ont pu récupérer les engins. Cependant, d’autres cas sont plus compliqués avec des falsifications des numéros de série.

La police rappelle toujours à la population de collaborer avec les forces de l’ordre pour venir à bout de ces fléaux. Le conseil est d’appeler les numéros verts que sont le 17, le 16 et le 1010.

Basile SAMA

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page