Coopération autrichienne au Burkina : Trois appels à projets pour « TUUMA »

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Tuuma, cofinancé par l’Union Européenne et l’Agence Autrichienne pour le Développement (ADA), la Coopération Autrichienne met à disposition une enveloppe financière de plus d’1 milliard 500 millions FCFA au compte du Programme de subventions 2020. La Coopération Autrichienne, chargée de la mise en œuvre du projet a procédé ce mercredi 22 juillet 2020 à Ouagadougou au lancement officiel du Programme de Subventions en présence du ministre burkinabè du commerce, de l’industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré.

La suite après cette publicité

Le projet TUUMA, « Travail » en langue mooré, est un projet qui vient en appui à la compétence professionnelle, à l’entreprenariat et à l’employabilité des jeunes et des femmes dans les régions rurales du Burkina Faso.

La Coopération autrichienne lance à cet effet un Programme de Subventions constitué de trois appels à projets au profit des acteurs de la société civile et du secteur privé, des communes urbaines et rurales, des centres de formation professionnels et autres structures de formation qualifiante.

L’enveloppe financière est de 2 379 307 euros, soit plus d’1 milliard 500 millions FCFA, dont 40% disposé pour les projets des personnes déplacées internes.

L’appel à projet s’adresse aux personnes (jeunes ou femmes) déplacées internes et aux populations des zones d’intervention du projet que sont les régions des Cascades, des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun, du Nord et de la province du Soum dans le Sahel.

« Le projet, fait remarquer Christian Geosits, Chef du bureau de la Coopération Autrichienne, a été planifié en 2016 où ces problèmes ne se posaient pas. Ces derniers 18 mois, on a vu un développement de la situation qu’on ne peut pas ignorer et on a voulu adapter nos activités ».

Mais explique-t-il, « le projet ne s’adresse pas seulement aux déplacées parce que si on dit soutien aux déplacées, on dit soutien aux populations hôtes. C’est toujours un ensemble mais le cœur du projet, c’est un soutien à l’activité économique et des questions professionnelles des populations dans une région ».

Le Projet Tuuma vise à terme à créer entre autres 1000 micro et petites entreprises locales de production, de transformation, de distribution et commercialisation,13 000 emplois, le renforcement des capacités techniques et professionnelles de 5500 jeunes et femmes et à améliorer les capacités de résilience et de soutien des acteurs locaux aux activités économiques initiées par des jeunes et des femmes.

Eligibilité

Sont éligibles, les acteurs de la société civile et du secteur privé (coopératives, fondations, associations, groupements et ONG locales, organisations professionnelles, PME), les communes rurales et urbaines et centres de formation professionnelle (CFP) et d’autres structures de formation qualifiante.

Les réceptions des dossiers ont déjà commencé et se poursuivent jusqu’au 14 août 2020. Les demandes sont soumises en version physique ou en version numérique. La liste des lieux de dépôt est disponible sur le site du Projet Tuuma.

Pour appuyer les soumissionnaires à l’établissement des budgets des projets, la coopération autrichienne met à disposition la mercuriale des prix. Les différents documents sont accessibles via le site du projet www.tuuma.org

Le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat Harouna Kaboré se réjouit de ce projet qui, selon lui, entre dans le cadre « des objectifs de développement, en ce sens que ce projet va créer des opportunités d’emplois, de créer le renforcement de capacités d’acteurs comme les jeunes et les femmes… Ce qui donne beaucoup de chance de réussir ».

« Le soutien à l’essor du secteur privé à la création de l’emploi est l’un des points phares de la coopération de l’Union Européenne avec Burkina Faso », rappelle Hans-Christian  Beaumond, représentant du chef de coopération de la délégation de l’Union Européenne.

 « Les résultats de la première phase sont déjà positifs en termes de créations d’emplois significatifs dans les régions où le projet se déroule. Et c’est surtout mis en œuvre au plus près des acteurs locaux, c’est ce qui est important », a-t-il apprécié.

A noter que la subvention de ce programme entre dans le cadre de l’opérationnalisation du Fonds Fiduciaire d’Urgence de L’Union Européenne (IFFUE) pour l’Afrique, fenêtre de la région du Sahel et du Lac Tchad.

L’objectif du projet est de contribuer à la stabilité régionale et à une meilleure gestion des migrations, en s’attaquant aux causes profondes d’instabilité, des déplacements forcés des populations et de la migration irrégulière, en accroissant les opportunités économiques, l’égalité des chances, la sécurité et le développement.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. 1- Un accompagnement à aller dans cette situation difficile que le Burkina traverse.
    2- Un projet déjà initié datant au moins 4 mois qui semble casser avec votre vision.
    * Production de répulsifs de salamandre-souris-cafard-termites à partie des ressources phyto-génétiques locales.
    Cette activité implique déjà des femmes qui assurent la livraison de la matière première, des fillles pour la production des pastilles et d’autres pour leur écoulement.
    Pour une tracabillité de mes propos, prière consulter ma page facebook: zoure Gregoire ou mon WhatsApp au 70235230 pour transfert de preuves.
    Merci en attendant votre réaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page