Université Pr Joseph Ki-Zerbo : Des étudiants de l’UFR/SDS réclament leurs indemnités de stage

Des étudiants de l’Unité de formation et de recherche en sciences de la santé (UFR/SDS) ont manifesté ce mercredi 22 juillet 2020 pour revendiquer le paiement de leurS frais de stage et contre la nouvelle programmation des évaluations.

La suite après cette publicité

Des étudiants en médecine, en pharmacie et les techniciens supérieurs de la santé ont tenu un sit-in dans l’enceinte de leur UFR ce mercredi 22 juillet 2020. Ils revendiquent le paiement de leurs frais de stage en souffrance depuis six mois. La nouvelle programmation des épreuves mise en place par l’UFR est également à la base de ce mouvement.

« Les raisons principales du mouvement de ce soir, c’est premièrement pour le rappel des indemnités de stage que les étudiants devraient percevoir. On est à plus de six mois de retard à l’étape actuelle. Et deuxièmement, il s’agit des évaluations que l’administration a fait sortir. Un programme d’examen qui visiblement n’arrange pas les étudiants », a indiqué Mahamadi Ilboudo, étudiant en sixième année de médecine et porte-parole du groupe.

Il a relevé que l’administration a suspendu les stages depuis décembre 2019. Jusqu’à présent, a-t-il dit, il y a des promotions qui n’ont pas encore repris les stages. « Comme la note de suspension a été prise en compte, la question des indemnités de stage s’est posée au niveau des hôpitaux », a confié Mahamadi Ilboudo.

Les étudiants harcelés par les banques ?

Il a également poursuivi qu’après avoir rencontré l’administration, on leur rassurait que les démarches étaient entreprises pour résoudre le problème. « Mais aux dernières nouvelles, le directeur nous a demandé de ne plus retourner dans son bureau pour cette question. Pourtant cette question d’indemnité est très cruciale pour nous. Parce que chaque jour que Dieu fait, les banques harcèlent quotidiennement les étudiants pour les prêts qu’ils ont eu à contracter sur la base des indemnités de stage », a-t-il affirmé.

A l’en croire, il y a des étudiants qui vivent uniquement de ces indemnités. « Plus de sept mois sans ça, certains ont été chassés de leur maison», a-t-il ajouté.

Les étudiants promettent d’y revenir en force si rien n’est fait…

Concernant les évaluations, le porte-parole des manifestants a rappelé qu’habituellement après la fin d’un module, on programme l’évaluation en accord avec l’administration, l’enseignant et les étudiants. « Et on compose au fur et à mesure. C’est-à-dire des évaluations isolées. A la fin des cours, les matières dont on n’aurait pas pu faire des évaluations, on programme maintenant sous forme d’examen », a précisé Mahamadi Ilboudo.

Mais cette année à leur grande surprise, a-t-il dénoncé, l’administration a décidé qu’ils composent sous forme d’examen uniquement. Chose qui n’arrange pas, vu le volume de certaines matières, a-t-il ajouté. « Selon le programme qui a été affiché, les étudiants doivent passer deux évaluations par jour. Et sans espacement de jour de composition », a laissé entendre le délégué.

Les étudiants promettent d’autres manifestations de grande envergure, si l’administration n’arrivait pas à prendre en compte leurs revendications.

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page