Média : Michel Yaméogo conduit à sa dernière demeure

Michel Yaméogo a été conduit à sa dernière demeure ce lundi 17 août 2020 à Koudougou. Famille, amis, collègues, personnalités, connaissances, collaborateurs, sœurs et frères en Christ, étaient présents au cimetière.

La suite après cette publicité

La tristesse se lisait sur les visages dans l’après-midi de ce 17 août 2020 à Koudougou. Michel Yaméogo a définitivement « cassé sa plume et débranché son micro« . Le journaliste correspondant de Burkina24 à Koudougou est décédé des suites d’une courte maladie, le 16 août 2020.

Ce chroniqueur sportif « infatigable », selon ses proches et collaborateurs, était également journaliste à la Radio Notre Dame de la Réconciliation de Koudougou ; ancien collaborateur du quotidien Aujourd’hui Au Faso, Secrétaire général de la section Centre-Ouest de l’Association des Journalistes du Burkina (AJB) ; membre actif de la Coordination des communicateurs de Koudougou (CCK), membre de l’Union catholique africaine de la presse (UCAP-Burkina). Il laisse, derrière lui, une épouse et une fille qui vient de décrocher le BEPC 2020, inconsolables.

« Nous retenons de Michel Yaméogo d’avoir été un collaborateur très actif, très dynamique. Nous perdons un homme travailleur qui a toujours réussi avec brio et succès les tâches à lui confiées. Il était l’un de nos meilleurs correspondants », a déploré le Directeur général de Burkina24, Armel Sukir Somé.

A écouter les témoignages, le décès de « Michelbo », « L’homme son frère », « Mike » ou « Yinwiisga », comme l’avaient surnommé certains, est une grande perte pour le monde de la presse burkinabè. Les éloges ne manquent pas à l’endroit de l’homme de média : « serviable », « combattant », « rigoureux », « sérieux », etc.

« Je retiens de mon frère et ami, Michel Yaméogo, un combattant de longue date dans le domaine de la presse à Koudougou. Il était convaincu et convainquant dans son métier. Il était attaché à la rigueur et aimait faire les choses avec tout le sérieux possible, selon les règles du métier. On a perdu un guerrier du métier qui se donnait à fond. Qu’il repose en paix dans la terre libre du Boulkiémdé », a prié Maximin Yaméogo, membre de la famille du défunt. 

Les qualités de Michel Yaméogo sont « incalculables ». Plusieurs témoignages soulignent cet aspect de l’homme qui a tiré sa révérence à 51 ans. Beaucoup déplorent, en effet, le départ de « celui qui était là pour les autres, prêt à rendre service, prêt à critiquer, mais aussi prêt à féliciter ».

« Michel était un militant de la vérité, un militant de la justice, un militant de la liberté de la presse. Michel ne savait pas faire semblant… Il a aidé à préparer un atelier de l’Association des journalistes du Burkina (AJB) qui a débuté dans la matinée de ce lundi 17 août 2020 à Koudougou. Il a même fait certaines réservations pour ses confrères. Donc, vous voyez que, sans même le savoir ou comme un présage, il invitait certains de ses confrères et collègues à venir à son enterrement », s’est alarmé Cyrille Zoma, membre de la Coordination des communicateurs de Koudougou (CCK), dans un discours plein d’émotions.

Toute la Rédaction de Burkina24 présente ses sincères condoléances à la famille de Michel Yaméogo.

Cher collègue et confrère, que ton âme repose en paix !


https://www.facebook.com/Burkina24/posts/3232841923458910


Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page