Procès pour diffamation : Ladji Bama dénonce une « justice à deux vitesses »

Le 10 novembre 2020, alors qu’il revenait de Dori, le journaliste d’investigation Yacouba Ladji Bama, rédacteur en chef du journal « Courrier confidentiel », a été victime d’une « tentative d’assassinat ».  Suite à ces évènements, le journaliste a fait un poste sur sa page Facebook et un article paru dans «Courrier confidentiel ». Dans ces écrits, le rédacteur en chef du journal a émis des soupçons sur les auteurs de la tentative d’assassinat envers sa personne. Il cite, entre autres, la société minière ESSAKANE et le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP).

La suite après cette publicité

Suite à ses écrits, notre confrère Yacouba Ladji Bama a été attaqué en justice par le MPP, parti au pouvoir pour diffamation. Le délibéré a été prononcé ce lundi 15 mars 2021 soit 15 jours après l’ouverture du procès, le  1er mars 2021. Au final, notre confrère a été condamné à verser 1 million de FCFA au titre de frais exposés au MPP et également une amende de 1 million de FCFA au plaignant. Aussi, il devra supprimer l’article et les postes sur sa page Facebook.

A sa sortie d’audience, le rédacteur en chef du « Courrier confidentiel »  indiqué qu’il n’était pas satisfait de la sentence. « Bien entendu, j’entends faire appel de cette décision parce que je ne reconnais pas les faits qui me sont reprochés », a-t-il déclaré. Il entend alors faire appel pour gagner gain de cause. « Je vais user de toutes les voies de recours qui sont à ma disposition pour laver tout ce qu’il y a comme point à laver me concernant dans cette affaire », a ajouté Yacouba Ladji Bama. Pas question d’abdiquer pour le journaliste d’investigation.

« Une justice à deux vitesse »

Sur les effets de cette affaire dans sa carrière et ses écrits, Yacouba Ladji Bama a indiqué que «ce n’est pas la première fois que nous avons ce genre de situation. Nous allons passer cette étape comme toutes les autres étapes », a-t-il laissé entendre.

Sur le comportement de la justice dans cette affaire, Yacouba Ladji Bama a indiqué qu’il y a « une justice à deux vitesses » au Burkina. En effet, après les faits du 10 novembre, le journaliste avait déposé une plainte contre X pour tentative d’assassinat. Aussi, quand son véhicule a été la cible d’un cocktail Molotov à son domicile, il avait aussi déposé une plainte. Seulement aucune de ces plaintes n’a encore trouvé e suite. Il s’étonne alors de voir la plainte du MPP aller aussi vite.

Pour lui, cette affaire n’entache en rien son professionnalisme.

En guise de rappel, il faut retenir que les faits remontent au 16 décembre 2020 lorsque, dans un post sur sa page Facebook, Yacouba Bama a soupçonné le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) d’être lié à la tentative d’assassinat qui l’a visé alors qu’il revenait de Dori le 10 novembre 2020. Le journaliste avait d’ailleurs déposé une plainte contre X pour tentative d’assassinat.

Basile SAMA

Burkina 24

 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page