Burkina Faso : La  troisième édition du « Grand Prix de poésie Thomas Sankara » est lancée

Ce dimanche 21 mars 2021 a eu lieu le lancement officiel du « Grand Prix de poésie Thomas Sankara », à Ouagadougou. Placée sous le thème « être exemple ensemble », cette troisième édition se veut être un cadre pour rappeler l’importance de la poésie dans le processus de recherche de la liberté.  

La suite après cette publicité

Depuis 3 années, chaque 21 mars, en prélude avec la journée  mondiale de la poésie, Africa Wilila organise un concours dénommé « Grand Prix de poésie Thomas Sankara », pour mettre en lumière ou initier les acteurs artistiques. C’est en ce sens que, ce dimanche 21 mars 2021, elle a procédé au lancement dudit concours.

Ce concours se veut  un cadre de confrontation des œuvres poétiques, pour en retenir les meilleures, selon la coordonnatrice du concours, Noëllie Dao. « L’histoire nous a prouvé que la poésie, depuis tellement longtemps participe à l’émancipation des peuples. Nous remarquons que la poésie, le slam sont généralement relégués en seconde zone. C’est dans ce sens, que nous avons initié ces concours, pour rassembler les meilleurs poètes et mettre en exergue ce domaine », a-t-elle expliqué.

Pour ce qui est de la condition, elle a évoqué plusieurs points sur lesquels le comité a mis le paquet, entre autres, l’intégration de diverses nationalités, l’accessibilité des prix à tous. « Chaque candidat est invité à envoyer un poème sur une adresse mail que nous allons donner. Le montant des droits d’inscription est de 1000 FCFA, envoyé par mobile money. Toute forme de poème sera admise et placée sous l’appréciation des jurys. Le nombre de poèmes sera à un poème par participant et la participation est ouverte à tous, y compris les internationaux », a-t-elle ajouté. 

« Quoi de plus normal que de nommer ce concours Thomas Sankara »

Dr Dramane Konaté, conférencier, a quant à lui insisté sur le fait que le choix d’inclure Thomas Sankara comme nom du concours est une manière pour eux, d’appeler  la jeunesse à s’impliquer davantage dans les activités qui nourrissent «l’esprit », comme le faisait le Président et plusieurs autres « grands esprits ». « Quoi de plus normal que de nommer ce concours Thomas Sankara », a-t-il lancé.

La représentante de la ministre de la culture, des arts et  du tourisme, Mariam Ouédraogo a salué cette initiative qui est, selon elle, un moyen d’attirer la jeunesse dans la poésie. Elle a aussi assuré l’accompagnement de son département pour ces genres d’activités.

Abdoul Gani BARRY (stagiaire)

Burkina 24            

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page