Genre et entreprenariat féminin dans l’espace UEMOA: Le GRAAD Burkina vulgarise les résultats de son projet phare

Le Groupe de Recherche et d’Analyse Appliquées pour le Développement (GRAAD Burkina) a tenu un atelier ce vendredi 18 juin 2021 à Ouagadougou pour présenter les résultats du projet ‘’Intégration régionale, amélioration de la situation économique de la femme et transformation des relations de genre dans l’espace UEMOA’’.

La suite après cette publicité

Le Groupe de Recherches et d’Analyses Appliquées pour le Développement (GRAAD Burkina) a rendu publics ce vendredi 18 juin 2021 les résultats du projet intitulé « Intégration régionale, amélioration de la situation économique de la femme et transformation des relations de genre dans l’espace UEMOA (Projet Inter Genre-UEMOA) ». Au bout de 36 mois de mise en œuvre, un certain nombre d’évidences ont été mises à jour et il s’avère nécessaire de les vulgariser.

Le projet a mis à la disposition des décideurs, des recommandations utiles aux niveaux national et régional avec pour ambition de contribuer à la réduction des inégalités de genre dans l’exercice du commerce et dans les chaines de valeur des produits issus et échangés dans l’espace UEMOA. Ce sont au total cinq recommandations qui découlent de l’exécution de ce projet.

Le projet a concerné 300 entreprises, 1 241 ménages et 1 686 employés

 Pour le secrétaire exécutif du GRAAD Burkina, Dr Gountiéni Damien Lankoandé, il s’agit de renforcer la capacité de tous les acteurs intervenant dans la chaine de planification de la gestion des questions de genre, promouvoir l’entrepreneuriat féminin à travers des formations ciblées, structurer et appuyer les structures de microfinances, vulgariser, sensibiliser et renforcer les capacités des femmes en ce qui concerne les textes régissant le commerce intercommunautaire. Le projet a concerné 300 entreprises, 1 241 ménages et 1686 employés dans cinq pays dont le Burkina Faso, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Togo.

Orokya Rouamba, responsable du caucus genre à l’Assemblée nationale, a affirmé que son rôle sera de faire le plaidoyer auprès des décideurs et de travailler en collaboration avec le ministère en charge de la femme pour préserver les acquis.

Quant à la représentante du ministre de la femme, Dorcas Tiendrébéogo, elle a félicité les acteurs pour l’exécution du projet et a assuré que le ministère en collaboration avec ses partenaires travaillera à mettre en œuvre ces recommandations dans l’intérêt des femmes.

En rappel, le projet a été financé par le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI-Canada).

Sanata GANSAGNE (Stagiaire)

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page