Problématique de la gestion foncière au Burkina Faso : Le CES  se donne 28 jours pour apporter des solutions

Le Conseil économique et social (CES) a tenu sa première session ordinaire de l’année, ce mardi 22 juin 2021 à Ouagadougou. Le thème retenu est  « la problématique de la gestion actuelle des terres au Burkina Faso : quelles solutions pour un développement durable ? ». Durant 28 jours, le CES  mènera des réflexions et afin d’apporter des solutions liées à la gestion foncière au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Les membres du Conseil économique et social (CES) comptent s’attaquer à l’« épineuse » question de la gestion des terres au Burkina Faso durant sa première session ordinaire de l’année 2021.

Ainsi, durant 28 jours, les conseillers formuleront des recommandations pour une gestion efficace des terres. Alors, les réflexions seront axées, entre autres, sur la réduction voire l’élimination progressive de la spéculation foncière, et la réforme du cadre juridique et institutionnel sur le foncier au Burkina Faso.

Lire également👉Référentiel national de développement 2021-2025 : Le CES appelé à donner son avis sur le contenu

« Notre institution à travers cette session voudrait créer un cadre d’échange et de réflexion prospective sur la gouvernance foncière afin d’apporter son expertise au problème lancinant du foncier au Burkina Faso », a expliqué le président du CES, Dr Moïse Napon.

A l’écouter, la gestion des terres génère de plus en plus des conflits multiples, complexes et parfois douloureux.

Le Conseil économique et social (CES) a tenu sa première session ordinaire de l’année

« Sur 3 300 conflits recensés au niveau du département de la justice et de la promotion des droits humains entre 2010 et 2018, 3 019 sont liés à la terre, soit 91% des conflits. Pour la seule année 2020, notre pays a enregistré 616 conflits ouverts autour du foncier selon les données de l’Observatoire national de prévention et de gestion des conflits « Onapregecc », a-t-il relevé.

Dr Moïse Napon a souligné que les régions les plus touchées sont les Hauts Bassins avec 265 cas, le Centre-Est avec 98 cas, la région du Nord avec 87 cas et 48 cas en ce qui concerne le Centre-Nord.

Il a conclu  que les enjeux sur le foncier nécessitent que des solutions urgentes soient trouvées.

Debora DARGA (stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page