Burkina Faso : La téléconsultation de nouveau expérimentée avec succès

Le Burkina Faso expérimente pour la deuxième fois consécutive l’utilisation de la Téléconsultation. Cette deuxième phase d’expérimentation a concerné la prise en charge pédiatrique d’une fille de 14 ans depuis la ville de Dori par un médecin spécialiste basé à Ouagadougou ce vendredi 6 août 2021. 

La suite après cette publicité

Le ministère de l’économie numérique et celui de la santé poursuivent avec la phase d’expérimentation de la Téléconsultation. La deuxième phase du processus a eu lieu ce vendredi 6 août 2021. L’exercice a mis en contact un médecin généraliste résident à Dori avec un pédiatre à Ouagadougou concernant la prise en charge d’une fille de  14 ans, victime d’une morsure de serpent.

Cette innovation est salvatrice non seulement parce qu’elle réduit les déplacements des patients vers les grandes agglomérations mais aussi et surtout en cette période d’insécurité que connaît le pays qui rend infréquentable certaines zones.

Après consultation, le médecin pédiatre, Pr Fla Koïta a rapporté que cette morsure a occasionné une envenimation grave 3-4 avec hémopéritoine, hémothorax et sepsis. Une ordonnance a été aussi prescrite à la patiente pour renforcer la prise en charge déjà entamée par le médecin généraliste à Dori.

Pour cette phase deuxième phase, la ministre en charge de l’économie numérique Hadja Ouattara Sanon, a noté une amélioration et une maîtrise de la plateforme par rapport au premier exercice.

« Nous voulons nous donner toutes les chances de réussir ce processus de l’utilisation du numérique dans la santé et la démarche est inclusive. L’objectif c’est d’améliorer l’offre de santé et avec des outils conçus et développés par nous-mêmes », a-t-elle dit.

Selon la ministre, la dynamique aujourd’hui c’est d’améliorer l’utilisation de l’outil par les usagers afin que tous les centres hospitaliers régionaux puissent se doter de cette technologie.

« En visitant aujourd’hui les services de la pédiatrie, on a vu des enfants malades. La plupart d’entre eux viennent des communes. Ils auraient pu avoir un meilleur état de santé si dès la consultation dans leurs communes, ils avaient bénéficié de l’avis d’un spécialiste », a-t-elle poursuivi. Elle a laissé entendre que cette situation interpelle pour que les travaux s’accélèrent afin de relever ce défi.

Le chef du département de pédiatrie au CHU de Yalgado, Pr Fla Koïta a apprécié cette nouvelle expérience qui lui a permis d’échanger en temps réel  avec le médecin généraliste depuis Dori. Il a jugé satisfaisant l’exercice qui, selon lui, pourrait faciliter la prise en charge de la patience. « Ce système va permettre naturellement d’améliorer ce que les collègues de Dori avaient déjà initié », a-t-il confié.

Willy SAGBE

Burkina 24 

 

 

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page