Burkina Faso : Queris B veut imposer sa signature dans l’arène musicale

A l’état civil Kamboulé Harouna, Queris B est un jeune artiste burkinabè qui côtoie la scène musicale depuis 2015. Il vient consolider sa passion musicale par un maxi baptisé, « IROU », aller de l’avant en langue Dagara, sortie officiellement ce samedi 7 août 2021 à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Chanté en français et en Dagara, l’opus est un mélange de l’Afro et de l’Afro-pop sur des rythmes dansants. Une façon pour Queris-B de se nourrir de ses racines pour alimenter son époque et le monde.

A travers le tire, l’argent, qui est accompagné d’un clip, l’artiste interpelle la jeunesse sur la nécessité de chercher l’argent, garant de la liberté et de la dignité humaine. « L’argent joue un rôle important dans la satisfaction des besoins de l’homme, au-delà, il offre une certaine liberté et préserve la dignité. L’argent incite les jeunes à travailler, à se nourrir d’espoir et d’endurance pour réussir », a cité Queris-B.

Les thèmes abordés sont diversifiés. Le titre « Je vis » est une chanson porteuse d’humilité et de modestie qui invite à chercher le bon sens de la vie, débarrassé de tout complexe. Les deux derniers titres, « La petite » et « Ni vu ni connu », quant à eux, abordent la thématique de l’amour.

Pour l’artiste, la sensibilisation est au cœur du message du maxi. « Je fais la sensibilisation dans le son. A Travers le titre, « je vis », j’appelle les gens à vivre sans complexe. Il faut vivre sa vie simplement. Quand tu n’as pas, il ne faut pas peut-être aller voler pour faire quelque chose d’inutile. Il faut vivre à l’aise avec le peu qu’on a, et continuer à travailler. Peut-être que Dieu va vous aider », a-t-il conseillé.

« S’exprimer seul d’abord, créer et déposer sa propre marque avant d’aller vers des collaborations »

Pour le producteur, Latif Zida, c’est l’engagement de Queris-B pour la musique qui a motivé sa décision de le produire sans pour autant être au préalable un homme aguerri de showbiz. Mais il dit mesurer l’ampleur et les exigences du milieu.

Sa philosophie est de permettre à l’artiste de « s’exprimer seul d’abord, de créer et déposer sa propre marque avant d’aller vers des collaborations ». A l’écouter, il a fallu 6 mois de travail après les enregistrements qui ont commencé en 2018, avant que le maxi ne soit sur le marché du disque burkinabè.

Produit par LATIF EXPRESS, IROU a été enregistré aux studios H-Factory et Vision Royale. Queris-B, compte forger sa marque et sa signature, sortir du lot afin de réussir la mission qu’il s’est assigné : participer à l’éveil des consciences en meublant agréablement les moments des mélomanes tout en apportant sa force à l’évolution de la musique burkinabè.

Akim KY

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page