Burkina Faso : « La cybercriminalité nourrit le financement du terrorisme » (Maxime Koné)

Le ministère de la sécurité, à travers la Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité, organise  du 10 au 11 août 2021, un séminaire de sensibilisation au profit des Hommes de médias.  

La suite après cette publicité

Selon les chiffres officiels, le Burkina a enregistré entre mai 2020 et juin 2021, un préjudice financier de 1 milliard 400 millions dû au phénomène de la cybercriminalité.  En vue de  lutter efficacement contre ce phénomène, le ministère de la sécurité à travers la Brigade Centrale de Lutte contre la Cybercriminalité veut associer les Hommes de médias.

Selon le ministre de la sécurité, Maxime Koné, le phénomène de la cybercriminalité a pris des proportions très dangereuses  dans le pays.  C’est pourquoi au regard  des chiffres qui attestent la gravité de la situation, le  gouvernement veut donner l’information aux citoyens pour qu’ils ne puissent pas tomber dans les pièges posés par les cybercriminels. 

Le ministre Maxime Koné a déclaré que la prévention constitue un outil stratégique pour la lutte contre la cybercriminalité.

« La cybercriminalité nourrit le financement du terrorisme. Vous connaissez le contexte particulier dans lequel nous sommes. Il est important que la lutte que nous avons engagée, nous puissions la mener sur plusieurs fronts y compris sur le front du financement de ces groupes terroristes », a déclaré le ministre.  

La Directrice Générale des médias, Yolande Kolwoulé, représentant le ministre de la communication a, indiqué que le ministre attend que les Hommes de médias puissent accompagner cette  action de lutte contre la cybercriminalité.

La Brigade Centrale de Lutte contre la Cybercriminalité (BCLCC) a été créée le 14 février 2020 et regroupe des éléments de la police nationale et de la gendarmerie nationale. Selon le commissaire de police Bayi Akim Nignan, chef de la division d’enquête, la brigade a reçu 569 plaintes. Parmi ces plaintes, 61 cas de cyber escroquerie ont été enregistrés, 42 cas de cyber attaques, 3 cas de diffamations, 2 cas d’atteinte à la vie privée d’autrui et 1 cas de dénonciation calomnieuse.

Une vingtaine de journalistes ont pris part au séminaire de sensibilisation sur la cybercriminalité.

«A l’issue des enquêtes, 32 personnes ont été déférées au parquet. Un préjudice de 1 milliard 152 millions 236 306 F CFA a été enregistré », a-t-il expliqué.

En ce qui concerne l’année 2021, pour le premier semestre, 1218 plaintes  ont été enregistrées à la brigade et sur la plateforme. Sur ces cas, 786 cas traités de cybercriminalité dont 279 cas de cyber escroquerie,  21 cas  d’atteinte à la privée d’autrui, 156 cas d’accès illégaux aux comptes, 207 cas de chantage, 26 cas d’usurpation d’identité avec 21 personnes déférées au parquet.

A ce niveau,  la synthèse des plaintes a permis de relever un préjudice de 376 millions 065 458F. Le commissaire a déclaré que  la brigade enregistre de façon récurrente les plaintes sur des cas d’usurpation d’identité, les fausses loteries, les cas de chantage à la webcam, les injures publiques, l’arnaque « bio moringa et d’aloe verra ». Il a ajouté qu’il y a au-delà des « plans bissi » dont une personne  a été interpellée, des plans avortement.

Au niveau du  Laboratoire de Criminalistique Numérique et de Veille technologique, piloté par le commissaire de police Moussa Christian Zongo, en 2020 au titre des cyber patrouilles, 29 cas d’usurpation d’identité  ont été détectés,  ainsi que des de cyber escroquerie, de piratage de compte et des cas de diffamations. Ainsi, 75 réquisitions ont été reçues  et 227 victimes ont bénéficié d’une assistance technique. 

« Il est recommandé à ceux qui sont à Ouagadougou de se déplacer au sein de la brigade ou au niveau du parquet pour leur plainte », a-t-il annoncé en invitant les victimes de cybercriminalité à porter plainte. 

Il est à noter que les personnes les plus touchées sont celles de la tranche d’âge compris entre 30 à 44 et 45 à 59 ans. Les plus de 60 ans sont moins victimes. En ce qui concerne la diffamation, les femmes sont les  plus concernées et les hommes sont les plus concernés par le chantage.

Selon le commandant de la BCLCC, Samir Yoni, les statistiques sur l’évolution des infractions en matière de cybercriminalité sont alarmantes.

Le commandant de la BCLCC, Commissaire Samir Yoni a laissé entendre qu’il y a plus de 1000 plaintes en 2021 et son service n’arrive pas à  satisfaire rapidement les victimes car, le processus prend du temps et la cybercriminalité s’adapte au temps. « On ne s’en sort pas vraiment. Les victimes sont les gens qui ne sont pas informés », a-t-il soutenu.

Débuté ce 10 Août à Ouagadougou, sous le thème, « médias nationaux et cybercriminalité: quelle contribution pour une réponse efficace », ce séminaire prendra fin le 11 août 2021.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page