« Nous devons plus que jamais être rigoureux dans la dépense du centime public » (Pr Charlemagne Ouédraogo)

Le ministère de la santé tient sa première rencontre 2021 avec les acteurs de la chaîne de la dépense publique du 2 au 3 septembre 2021 à Manga dans le Centre-Sud. Cette rencontre, placée sous le thème « programme de santé du quinquennat du chef d’Etat », s’est ouverte ce jeudi 2 septembre 2021.

La suite après cette publicité

La « cité de l’épervier » accueille les acteurs de la chaîne de dépense publique du ministère de la santé pour 48 heures d’échanges sur les mécanismes d’une gestion efficiente des dépenses publiques. Durant deux jours, ces acteurs feront le bilan de l’exécution du budget du Ministère de la santé au 31 août 2021.

« Vous aborderez, à cet effet, les difficultés dans son exécution afin de proposer des mesures correctives pour l’atteinte des objectifs, à nous assignés », s’est adressé Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la santé, aux gestionnaires financiers du département.

A l’écouter, la rencontre sert d’un cadre idéal pour permettre aux acteurs de la chaîne de la dépense publique de mettre leurs connaissances à jour, de mieux partager leurs expériences pour une exécution optimale du budget de la Santé, afin d’accroitre le rendement du système national de santé.

« Ces agents sont la cheville ouvrière de la conception de l’exécution du budget du ministère de la santé. Si ces acteurs se rencontrent pour échanger sur les leçons tirées de l’exercice précédent, ils pourront très efficacement améliorer leur performance à travers une bonne conception pour envisager l’exécution du budget à venir », a indiqué le patron du ministère de la santé burkinabè.

Des avancées sont faites, certes, des défis restent à relever, selon le ministre. Il a laissé entendre que les contraintes budgétaires et financières sont de plus en plus fortes et appellent plus que jamais les acteurs à une discipline, un professionnalisme et un comportement irréprochables.

Pr Charlemagne Ouédraogo n’a cessé de revenir sur la nécessité de la tenue de l’atelier. « La programmation budgétaire, les priorités 2022-2024 de notre département, les procédures de financement et de justification des fonds OMS, ainsi que les règles de gestion des rétributions liées aux activités Covid-19, démontrent toute l’importance et la nécessité d’initier une telle rencontre », a-t-il fait savoir.

Pour de meilleurs résultats, il n’est pas question pour le ministre de dilapider le moindre centime de l’Etat. « Dans ce contexte difficile qui est le nôtre, la rationalisation et l’efficacité de la dépense publique doivent être en permanence notre boussole. Chaque franc CFA dépensé doit l’être avec la rigueur de l’orthodoxie afin de contribuer le plus efficacement possible à l’atteinte des objectifs de notre mission commune », clame-t-il.

Les partenaires techniques et financiers et les acteurs du ministère de l’économie et des finances sont associés à la rencontre. Pour Charlemagne Ouédraogo, cette rencontre constitue donc une tribune d’échanges et d’expression de tous les cadres intervenant dans le domaine des finances et du budget du Ministère de la Santé, en vue de promouvoir de meilleures pratiques pour l’amélioration de l’exécution du budget.

Il a, pour finir, invité les participants à une meilleure implication pour une gestion responsable en temps de crise. « L’exception du budget à venir se fait dans un contexte beaucoup plus difficile. Un contexte d’insécurité, un contexte de Covid-19 et la conjugaison de ces deux facteurs ont réduit donc les recettes du Burkina.

 Nous devons plus que jamais être rigoureux dans la dépense du centime public. Malgré nos ressources limitées, nous puissions avec une gestion saine, atteindre nos objectifs escomptés », a conclu Pr Charlemagne Ouédraogo.

Akim KY

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page