Optimisation du secteur énergétique dans la zone CEDEAO : Deux jours de réflexion à Ouagadougou

Des experts de la Communauté Économie des États de l’Afrique de Ouest (CEDEAO) sont réunis à Ouagadougou pour deux jours de réflexion autour de l’analyse de l’étude portant sur la politique de l’énergie dans la sous région. A l’issue de ces rencontres débutées ce jeudi 21 octobre 2021, une validation du rapport de ladite analyse, et le recueil d’observations sur les grandes lignes du projet de code régional de l’électricité de la zone CEDEAO sont attendus des participants. 

La suite après cette publicité

L’accès des populations aux services d’énergie moderne et propre est l’objectif recherché par l’atelier de validation du rapport analytique de l’étude d’actualisation de la politique énergétique de la Communauté Économie des États de l’Afrique de Ouest (CEDEAO) ouvert ce jeudi 21 octobre 2021 à Ouagadougou. 

Renforcement et développement du secteur de l’énergie, par la résolution d’un certain nombre de problèmes communs dans la zone CEDEAO, notamment le transport, l’importation, le transit, la distribution de l’énergie électrique seront les questions qui retiendront l’attention durant ces deux jours de réflexion.

« Plusieurs décennies après l’adoption de la politique énergétique de la CEDEAO, il est évident que certains des problèmes identifiés à l’époque ne soient plus d’actualité. Il en découle donc l’importance et l’urgence d’actualiser et de réviser cette politique. Cela pour mieux répondre aux évolutions du secteur énergétique dans la zone à travers l’établissement des fondements qui vont permettre aux Etats de réaliser des objectifs », a laissé entendre Sédiko Douka, commissaire chargé de l’énergie de la CEDEAO.


Pour lui, il est opportun de réfléchir sur les activités du secteur de l’électricité, les conditions d’accès, règles et critères communs, la déclaration, les licences qui entourent le secteur de l’énergie dans la sous-région. « Il s’agit pour nous de réfléchir sur tout ce qui a trait à la production, au transport, à l’importance, l’exportation, le transit et la distribution de l’énergie électrique », a-t-il ajouté. 
L’ouverture de ces 2 jours d’échanges a  été placée sous la présidence du ministre burkinabè en charge de l’énergie, Dr Ismaël Bachir Ouédraogo.  

«  Je suis persuadé qu’à l’issue de vos travaux, sortiront des idées novatrices qui permettront aux consultants de mieux peaufiner leurs recommandations préliminaires sur la vision et les principes de la nouvelle politique énergétique de la CEDEAO. Soyez rassurés que notre gouvernement ne ménagera aucun effort pour s’approprier les recommandations qui seront issues des études », a déclaré le représentant du ministre, Idrissa Konditamdé, directeur de cabinet au ministère en charge de l’énergie.

Il faut noter que cette politique qui sera soumise à l’actualisation, à l’analyse et à la validation avait été élaborée en 1982 par la décision A/DÉC.3/5/82 soit depuis environ 40 ans.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page