Indice Genre : Un atelier à Ouaga afin de réduire les inégalités hommes-femmes

Le centre d’information, de formation et d’étude sur le budget (CIFOEB) a procédé ce mercredi 3 novembre 2021 au  lancement de l’indice genre à travers un atelier organisé à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Afin de lutter contre les inégalités du genre, le centre d’information, de formation et d’étude sur le budget a décidé de renforcer son action de lutte à travers la mise en œuvre de son projet « champions genre » depuis juin 2020, grâce au financement de partenaires techniques et financiers dans 5 régions du Burkina Faso. Ce projet a développé un indice genre en vue de mesurer le niveau de prise en compte du genre dans les politiques et programmes de développement.

« Il s’agit d’un instrument pour mesurer le niveau de prise en compte du genre dans les politiques publiques et au niveau de nos institutions pour que cela soit au niveau national comme au niveau local », explique Youssouf Ouattara, directeur exécutif du CIFOEB. 

Il ajoute qu’il est important de disposer d’un outil rationnel qui permet de mesurer et de donner une idée du niveau de prise en compte du genre dans ces politiques.

« Cet indice mesure le niveau de prise en compte du genre sous la base de trois dimensions à savoir la dimension politique, la dimension économique et la dimension sociale. Chaque dimension a un ensemble d’indicateurs et ce sont ces indicateurs qui sont mesurés, chaque dimension a un poids.

Par exemple, la dimension économique et la dimension sociale ont le même poids à peu près 42% et la dimension politique 15 %. Quand on agrège l’ensemble des performances de ces indicateurs, aujourd’hui, nous sommes autour de 39 % en terme de niveau de performance de la prise en compte  du genre dans nos politique et dans nos institutions », dit-il.

Ce projet qui a vu le jour grâce à l’accompagnement de certains partenaires techniques et financiers tels que l’ambassade royale de Danemark, la coopération suisse, l’ambassade de la Suède, l’Unicef et l’UNFPA, a pour vision de contribuer à la promotion de la lutte contre les inégalités du genre au Burkina Faso.

Pour Sié Hien, coordonnateur genre à Diakonia, « le projet a été soumis après analyse des dossiers, on a estimé aussi avec l’appréciation des PTF membres que le projet est un projet pertinent qui pourra contribuer à l’atteinte de nos résultats, et nous avons apporté notre appui, le financement pour la mise en œuvre de ce projet. Et dans la mise en œuvre, nous en tant que gestionnaire, nous avons un rôle de suivi, de coordination de suivi et d’accompagnement de différentes organisations partenaires pour la mise en œuvre du projet », dit-il.

Il faut noter que l’atelier qui réunit ces différents acteurs sur l’indice genre a pour but de créer un débat public autour des résultats de l’évaluation, s’en servir comme un moyen d’influence pour l’adoption de politiques publiques sensibles au genre en vue d’une réduction des inégalités hommes-femmes. Il regroupe 75 personnes issues des institutions et ministères sectoriels, de l’Assemblée nationale, des organisations de la société civile et des PTF .

Saly OUATTARA 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page