Culture et solidarité : L’artiste Sydyr engagé aux côtés des enfants déplacés

Suuduu Finaa est un espace d’éveil artistique qui consiste à initier les jeunes enfants à la danse, la percussion et au dessin. L’initiative est de l’artiste musicien burkinabè Omar Dao alias Sydyr à travers son association Kalfa du 6 octobre 20 novembre 2021 sur des sites de déplacés internes à Kaya et à Ouagadougou .

La suite après cette publicité

Suuduu finaa est née de l’imagination de quelques artistes, dirigée par l’artiste musicien Sydyr.  L’association a commencé par des activités avec des enfants dans les orphelinats en 2015. Avec l’entrée en jeu de la situation sécuritaire, l’association a étendu son projet suudu funa aux victimes de l’insécurité.

Depuis le mois d’octobre 2021, l’association « Kalfa » à travers le projet suudu tient simultanément des ateliers artistiques pour les déplacés internes à Louda, et Bisnogo à Kaya et le site de Pazani à Ouagadougou.

Omar Dao alias Sydyr, promoteur de Suuduu finaa

Pour Sydyr, promoteur de « Suuduu Finaa », l’objectif principal est de donner l’espoir et le sourire aux personnes déplacées. « C’est un appel à la solidarité, au vivre ensemble tout en invitant les populations à soutenir toutes les familles qui sont en difficulté surtout les enfants », a confié Sydyr.

A partir de 2019, des ateliers de « Suuduu Finaa » sont organisés avec des enfants dans le « but de créer des espaces d’éveil et de faire en sorte que des enfants quelque soit leur origine sociale ait accès à des activités d’éveil artistique et culturel. 

C’est normal pour tout enfant de bas-âge pour qu’il puisse grandir dans les conditions optimales et pour devenir l’homme que toute la société espère », a expliqué Konaté T. Lacina, administrateur du projet Suuduu Finaa de l’association Kalfa.

Le projet a une visée culturelle et sociale selon les organisateurs. Car, Suuduu finaa est une série d’activités notamment le dessin, la danse chorégraphique et la percussion principalement pour les enfants du primaire. Pour Konaté T. Lacina, ces activités artistiques participent à la pédagogie scolaire et la construction de l’enfant, à la formation de sa personnalité et à sa socialisation.

L’activité est organisée avec le concours des partenaires de l’association Kalfa comme l’Ambassade du Canada. Selon Konaté Lacina, il n’est pas reconnu officiellement l’existence de site de déplacé à Ouagadougou et le choix du site de Pazani est justifié.

« Les personnes qui sont dans cette situation ici se retrouvent un peu livrées à elles-mêmes et les enfants en plus. 

Dans cette zone là, vous trouvez des enfants qui ont l’âge d’aller à l’école mais qui ne peuvent pas y aller. Donc nous avons mis en place un programme qui intègre aussi bien les activités artistiques et culturelles qu’un volet de suivi scolaire et de suivi tout au long de leur scolarité pour tous les enfants qui ont l’âge d’aller à l’école », souligne-t-il.

Aboubacar Tall, formateur en dessin

La formation du samedi 6 novembre était axée sur le dessin et sur place, il y avait des dizaines d’enfants munis de papiers et de crayons de couleur rompus à la tâche. Le formateur Aboubacar Tall note est un réel engouement autour de l’activité.

« Nous apprenons aux enfants concernant le dessin et l’image pour avoir la main dans la création.  Je pense que les enfants évoluent. Il y a des talents ici car ils créaient beaucoup de choses et nous sommes en harmonie avec les enfants, la communication se passe bien », a-t-il dit.

Les apprenants également apprécient l’initiative. « A l’école, on peut nous dire de dessiner. Comme ils ont montré comment dessiner, on va prendre ces dessins dessiner et ça sera bien. On les remercie bien », s’est exprimé Sawadogo Djamilatou, élève déplacée en classe de 5e.

Ali Tapsoba, responsable du site de déplacé de Pazani

Le responsable du site de Pazani, Tapsoba Ali, a exprimé sa reconnaissance à l’association Kalfa. « Ils ont mené beaucoup d’activités sur ce site. En plus des activités artistiques, ils ont scolarisé des enfants cette année. Aussi ils nous ont amené des partenaires », a-t-il indiqué.

On dénombre 960 déplacés internes sur le site de Pazani. « Il y a 280 femmes, 180 hommes et 500 enfants dont 210 élèves ». Leur réalité se résume à des besoins nutritionnels, de logement, d’habillements et de scolarisation.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page