Marche du 27 novembre : Ce sera sans l’Association des jeunes patriotes

L’Association des jeunes patriotes du Burkina Faso (AJPB), se démarquant de la marche annoncée du 27 novembre 2021, a invité la jeunesse burkinabè à faire autant. Elle l’a fait savoir ce mercredi 24 novembre 2021 à l’occasion d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

L’Association des jeunes patriotes du Burkina Faso (AJPB), au regard de la situation sécuritaire actuelle, a souhaité que le politique assume sa part de responsabilité tout comme l’armée. « Nous sommes tous conscients des failles et des dysfonctionnements au sein de notre armée, qui résultent d’une insuffisance de leadership des plus hautes autorités du pays…

Que le politique assume sa part de responsabilité et que l’armée joue également sa partition », a indiqué Marcelin Sawadogo, porte-parole de l’association. Pour l’association, c’est à travers la conjugaison des efforts, « de manière synergique et dans un élan patriotique » que l’on pourra venir à bout du terrorisme.

Elle dit donc « se démarquer carrément » de la marche annoncée du 27 novembre 2021 dont l’un des objectifs premiers est « de réclamer la démission du Président du Faso ». Et invite la jeunesse burkinabè à la rétention, à avoir un comportement qui ne risquerait pas de compromettre la paix et l’unité au Burkina Faso.

« Nous, jeunes patriotes du Faso, invitons la jeunesse burkinabè à savoir raison gardée, à se départir de tout comportement ou attitude belliciste qui pourrait compromettre la paix et l’unité des Burkinabè », a lancé le porte-parole.

Selon lui, la jeunesse doit refuser de s’associer à toute manœuvre tendant à déstabiliser le Burkina Faso au profit d’intérêts de quelques personnes. « Nous devons à tout prix refuser d’être des complices de ceux qui cherchent à détruire notre pays et se faire une place au soleil », a estimé M. Sawadogo.

L’Association des jeunes patriotes du Burkina Faso (AJPB) dit exister depuis trois ans. Son engagement, c’est de  « travailler à éradiquer tout ce qui est mal au Burkina Faso ». Elle dit également œuvrer pour le patriotisme.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page