Burkina Faso : La formation entrepreneuriale au cœur d’un séminaire islamique

Le Conseil Général des Universités de Ouagadougou (CGUO) de l’Association des Elèves et Etudiants Musulmans au Burkina (AEEMB)  organise au profit de ses militants et sympathisants, la 6e édition du Séminaire Universitaire de Formation Islamique (SEMUFI), du 21 au 26 décembre 2021, à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture officielle a eu lieu ce mercredi 22 décembre 2021 sous le parrainage de Issiaka Kaboré, directeur général du Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage. 

La suite après cette publicité

La 6e édition du séminaire universitaire de formation islamique a été placée sous le thème « Consolidation de la paix et défi de l’entrepreneuriat et du leadership des jeunes dans le contexte actuel du Burkina ».

Pour les organisateurs, ce séminaire a pour objectif de fournir aux participants, des formations sur l’entrepreneuriat, le développement personnel et des formations dans les domaines islamiques afin de répondre aux besoins du moment, remédier au manque d’emploi par l’entrepreneuriat.

Le président du CGUO, Abdulkader Kaboré, a tenu à expliquer l’importance de ce thème choisi car entrant dans les réalités auxquelles ils font face dans les universités. A l’entendre aussi, le partage d’expériences et la construction des Hommes de qualité entrent dans les attributions de leur association.

« Nous avons jugé important d’initier ce séminaire au style universitaire qui permettra d’avoir des échanges d’un niveau supérieur à même de relever les défis de la communauté dans un monde où de plus en plus, la force de l’argument gagne du terrain sur l’argument de la force.

A travers ce thème, nous espérons rehausser le niveau de la formation islamique de nos militants et sympathisants d’une part et leur fournir des rudiments nécessaires pour répondre à la question d’insertion professionnelle d’autre part. Aussi, nous voulons à travers cette formation initier nos membres et sympathisants à certains secteurs porteurs de notre époque qui sont: l’élevage, les métiers du numérique et les métiers des services » a-t-il laissé entendre.

Le parrain de la cérémonie, Issiaka Kaboré, directeur général du FAFPA, a saisi l’occasion qui lui a été offerte pour donner des précieux conseils à ces jeunes frères et aussi, son appréciation sur la pertinence du thème choisi tout en remerciant les organisateurs de l’avoir choisi en tant que parrain.

Pour lui, développer un esprit de leadership et d’union constitue des alternatives pour les jeunes de s’en sortir dans cette époque de grands défis.

« Nul besoin de vous le rappeler, le temps du croyant est précieux, s’agissant surtout de l’apprentissage. Cela signifie que les périodes dites de repos doivent être utilement occupées et judicieusement exploitées pour qu’elles offrent des retombées positives aux apprenants. C’est pourquoi au regard de la pertinence du thème et la richesse du programme de formation prévu, j’invite mes jeunes frères et sœurs à faire preuve d’une assiduité exemplaire lors des différents travaux du séminaire », a indiqué Issiaka Kaboré

Notons que ce séminaire universitaire de formation islamique est un cadre de formation qui s’inscrit dans l’agenda annuel du Conseil Général des Universités de Ouagadougou depuis 6 ans déjà. Il a débuté pour cette année, le 21 décembre et se poursuit jusqu’au 26 décembre 2021.

Flora KARAMBIRI

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page