Protection sociale : INSP!R Burkina dresse son bilan annuel

La protection sociale de toutes les couches de la population est la mission que s’est assignée INPS!R à travers des plaidoyers qu’il mène. Après une année d’activités, cette organisation de la société civile a marqué une pause pour faire le bilan. Plusieurs acquis sont à l’actif de la structure, selon le lead au Burkina Faso, Patrice Pamousso. 

La suite après cette publicité
Le réseau INSP!R Burkina a fait de la protection sociale pour tous sa priorité.

Plusieurs avancées sont à noter dans les plaidoyers menés par INSP!R Burkina Faso pour la protection sociale des Burkinabè en particulier les couches vulnérables. A l’heure du bilan fait au cours d’une conférence de presse, la structure souligne l’opérationnalisation progressive du régime d’assurance maladie universelle, le démarrage effectif de la phase pilote de l’assurance maladie universelle, l’avis favorable des commissions consultatives aux normes internationales du travail pour la ratification de certaines conventions de l’organisation internationale du travail (OIT).

Un bilan jugé positif

En plus de cela, le réseau note « la création et l’opérationnalisation du Fonds national de la finance inclusive (FONAF) avec lequel les systèmes financiers décentralisés tissent des partenariats pour un renforcement de leurs actions sur le terrain en faveur des populations pauvres », souligne Patrice Pamousso.

Il relève également la participation de INSP!R Burkina Faso au cadre d’échange tel que le dialogue Travail emploi et protection sociale entrant dans le cadre du suivi du PNDES  et la création du comité technique de la mutualité sociale pour renforcer le cadre juridique de la mutualité sociale au Burkina Faso. Celle-ci a été adoptée à l’issue du conseil des ministres du 22 décembre 2021.

Des défis à relever

« Nous nous réjouissons de toutes ces avancées, d’autant plus que les premières autorités du pays ont réaffirmé leur volonté de travailler sur la question de la protection sociale en l’inscrivant dans le PNDES II », a rappelé Patrick Pamousso. Il s’agit en particulier de la promotion de l’emploi décent et la protection sociale pour tous particulièrement les jeunes et les femmes.

Patrice Pamousso reconnaît des défis à relever en 2022.

Cependant, INSP!R Burkina reconnait que des défis restent à relever. Il s’agit de l’opérationnalisation effective de l’assurance maladie universelle et son extension à toutes les régions du Burkina, la mise en place des instruments du règlement de l’UEMOA sur la mutualité sociale, la ratification effective de certaines conventions de l’OIT et la mise en application de la loi portant interdiction de la production, de l’importation, la commercialisation et de la ’distribution des emballages et déchets non biodégradables.

Continuer le plaidoyer

« INSP!R Burkina Faso se donnera les moyens pour poursuivre les actions d’interpellation, de plaidoyer/négociation afin que la protection sociale pour tous soit une réalité dans notre pays », a assuré Patrice Pamousso.

Il promet aussi que la structure dont il est le lead au Burkina Faso jouera son rôle de sensibilisation des acteurs et de la population afin d’amener tout le monde à avoir la même compréhension et une vision commune de la protection sociale.

Les membres de INSP!R Burkina compte continuer les plaidoyers.

Djamilatou Soré, membre de INSP!R Burkina et directrice par intérim de la Mutualité Femmes et Développement du Burkina (MUFEDEB) a présenté le réseau créé en avril 2014. Il regroupe plusieurs organisations de la société civile.

« L’objectif est clair : étendre la protection sociale à la grande majorité de la population qui reste aujourd’hui dépourvue du droit à la protection sociale ». Il existe des plateformes similaires au Bénin, en Guinée, au Mali, au Sénégal et au Togo.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page