Procès Sankara : « Hyacinthe Kafando a dit que c’est lui qui a tué Sankara » (Adama Ouédraogo, témoin)

L’audience sur l’assassinat du président Thomas Sankara et 12 de ses compagnons a repris ce mardi 4 janvier 2022. En l’absence des témoins, le tribunal a continué avec la lecture des procès-verbaux.

Après une suspension d’une dizaine de jours pour les fêtes de fin d’année, le procès sur l’assassinat du père de la révolution et 12 de ses compagnons a repris. Dans la même logique qu’au moment de la suspension, le tribunal a continué avec la lecture des différents procès-verbaux des témoins absents.

10 PV ont alors été lus par les greffiers. Le premier procès-verbal lu a été celui de Paul Sawadogo. Employé de commerce et ancien détenu, le témoin dans sa déposition devant le juge d’instruction a signifié qu’il faisait partie de l’équipe des détenus qui sont allés enterrer le Capitaine Thomas Sankara et ses compagnons.

« Ceux qui l’ont tué étaient déjà dans la cour », a-t-il dit dans son PV. Selon ses propos contenus dans sa déposition, un gradé est arrivé au conseil et a crié « feu ». C’est alors que les éléments ont ouvert le feu sur les militaires au poste de garde.

Toujours dans sa déposition, il ressort que 8 militaires ont participé au coup alors qu’ils causaient avec les victimes, juste avant. Sur les circonstances de l’enterrement des morts, il a indiqué dans son PV qu’« en plus de la bague, on a enlevé la ceinture du président et ses chaussures ».

Après-vente de la bague, des mésententes ont éclaté entre les détenus selon toujours le PV du témoin. Une situation qui a conduit le régisseur de la MACO de l’époque à reprendre la bague. A sa suite, c’est la déposition de Rasmané qui devait être lu. Mais conforme à celui de Paul Sawadogo, le juge avec l’accord de la partie civile et du parquet a demandé de passer à un autre PV.

Le procès-verbal de Romain Somé a été lu alors. Adjudant-Chef à la retraite, il était en poste au service de transmission du CNEC. Selon la lecture de sa déposition, le témoin a indiqué qu’il a entendu les coups de feu alors qu’il était au poste. « On ne savait pas d’où ça venait et qui tirait », a-t-il dit au juge d’instruction.

Il a aussi ajouté que les évènements du 15 octobre sont d’ordre politique. Pour lui, « c’est Sankara qui amené Blaise au CNEC », par conséquent, il ne devrait pas avoir de problème entre les deux. Sur les faits du 15 octobre, le témoin a signifié avoir vu le Général Gilbert Diendéré en tenue militaire au conseil le jour des faits. Il faut par ailleurs noter que Romain Somé a été entendu à trois reprises par le juge d’instruction et qu’il a apporté des changements clés à ses propos.

La déposition du témoin Adama Zongo a été ensuite lue. Alors Soldat de 1ère classe au moment des faits, le témoin a dans sa déposition expliqué qu’il s’occupait du jardinage. Dans son PV, il ressort qu’il a vu Maïga Pathé et d’autres éléments armés et en tenue de sport.

Une vingtaine de minutes après et toujours selon les propos contenus dans sa déposition, il a entendu des coups de feu. Il est allé alors s’échanger à son domicile avant de revenir au conseil où le Lieutenant Diendéré leur a dit de « prendre leurs dispositions ».

A la suite du PV de Adama Zongo, c’est celui du Lieutenant-Colonel  Grégoire Kambou qui a été porté à la connaissance des parties. Selon ses propos contenus dans sa déposition, il a entendu les coups de feu et il se dirigeait vers le conseil quand le Colonel Tibo l’a stoppé. Il a ensuite passé la nuit à sa base.

« Il y avait une division entre le N1 et le N2. C’était connu mais on ne s’entendait pas à ce dénouement. J’ai été surpris », a-t-il dit au juge d’instruction sur le climat qui régnait entre Sankara et Blaise. Il a aussi ajouté dans sa déposition qu’aucun renseignement n’a été reçu sur un coup d’Etat.

Sur les commanditaires du coup, le témoin a mentionné dans sa déposition que Hyacinthe Kafando était capable de le faire mais n’exclut cependant pas une participation de ses supérieurs. « A qui profite le crime ? » a-t-il demandé.

Le procès-verbal du Sergent-Chef Ousmane Guiré a été lu par la suite. Alors garde-corps du Commandant Lingani, le témoin a signifié dans son PV qu’ils ont étendu les coups de feu alors qu’ils étaient au domicile du commandant. Ils se sont ensuite rendus au conseil vers 20H-21H.

La déposition de Adama Ouédraogo a été ensuite lue par le greffier. Selon ses dires contenus dans le PV, le témoin était en poste au conseil quand les coups de feu ont commencé. Il a cependant souligné qu’il n’a pas vu ceux qui ont tiré.

« Hyacinthe Kafando a dit que c’est lui qui a tué Sankara et il a pris le pouvoir pour donner à Blaise Compaoré », a dit le témoin dans sa déposition. A la suite de son PV, ce sont les PV de Diwété Kambou, Dramane Paré et Oumarou Koama qui ont été respectivement lus.

Si le premier a signifié dans son PV que c’est Hyacinthe Kafando et ses éléments qui ont tué Sankara avec les ordres de Blaise et Diendéré, le second a expliqué que pour eux, « le 15 octobre était une attaque de mercenaires ». Le troisième a pour sa part signifié que : « le coup du 15 était préparé et prémédité ».

Basile SAMA

Burkina 24 

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page