Échauffourée à l’Université Nazi Boni de Bobo : Le CFOP visite les étudiants blessés

Une délégation du Chef de file de l’opposition politique conduite par le député du CDP Aboubacar Sanou a visité les étudiants blessés de l’Université Nazi Boni ce lundi 17 janvier 2022 au CHUSS. Les patients ont rassuré de l’amélioration de leurs conditions de prise en charge tandis que les médecins interdisent la médiatisation de leur situation. 

La suite après cette publicité

« Nous sommes venus au nom du Chef de file de l’opposition pour vous adresser notre soutien, nous rassurer que vous recevez un traitement adéquat et vous souhaiter un prompt rétablissement », explique le député du CDP Boubacar Sanou aux blessés issus de l’Université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso.

Occupant la salle 3 du bâtiment abritant le service orthopédique du Centre hospitalier universitaire de Bobo-Dioulasso, ils sont au nombre de trois blessés dont deux portant des fixateurs externes au niveau des membres inférieurs.

Prise en charge améliorée

Rassuré de la situation de prise en charge des blessés, le député Boubacar Sanou déplore l’usage de la force : « C’est vrai qu’au début, la situation n’était pas simple. Mais par la suite, toutes les dispositions ont été prises pour que le traitement soit optimal. Nous déplorons l’usage excessif de la force. Surtout dans une enceinte estudiantine où il y a des franchises qui doivent être respectées.

Il est regrettable que l’autorité outrepasse ses franchises universitaires pour faire prévaloir la force. Surtout qu’une des victimes soupçonne avoir reçu une balle réelle. Il était préférable que le gouvernement opte pour le dialogue ».

« On ne peut pas filmer »

La visite qui a commencé dans un élan de compassion a tout de même connu un incident entre visiteurs et maitres des lieux. Pour cause, le refus de l’équipe médicale de permettre la prise de vue à la presse.

Parce que « le ministre est passé hier. La presse a eu le temps de faire les images ». Ce que Eve Sanon, membre du Bureau exécutif national du CDP désapprouve et qualifie de « bâillonnement de la population » par un système qui doit garder à l’esprit qu’« il a affaire à des jeunes qui connaissent leurs droits ».

Au total, le service orthopédique a enregistré quatre blessés suite à l’intervention de la CRS qui voulait empêcher la tenue d’une Assemblée générale jugée illégale par l’administration le jeudi 13 janvier 2022.

La répression d’une rencontre jugée illégale

Rappelons que l’AG boudée par l’administration est une initiative de la Coalition des associations à caractère syndical pour dénoncer d’une part, l’exclusion de quatre de leurs camarades par le Conseil de discipline et les difficultés d’accès aux services du CENOU d’autre part.

Le même jour, le délégué général des étudiants de l’Université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso Abdoul Fatav Bagué accompagné de ses pairs des autres universités de la région des Hauts-Bassins avaient également rencontré le président de l’Université Macaire Ouédraogo pour « plaider » pour les mêmes causes.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page