Sanctions de la CEDEAO : Un soutien au peuple malien depuis Ouagadougou

Dans l’optique d’un large rassemblement des peuples pour témoigner d’une solidarité africaine à l’endroit du peuple malien, une initiative a été lancée ce mardi 18 janvier 2022 à Ouagadougou. Dénommée l’Initiative de soutien au peuple malien (ISPM), elle vise à contribuer à la résolution de la crise diplomatique entre le Mali et la CEDEAO et marquer une solidarité envers le peuple malien. 

La suite après cette publicité

A l’issue d’un double sommet CEDEAO-UEMOA, les chefs d’Etats et de gouvernement des deux organisations ont adopté des sanctions contre le Mali. Ces sanctions qui sont consécutives au non-respect du chronogramme électoral notamment l’organisation d’une élection présidentielle en février 2022 comme initialement annoncée par les autorités de la transition malienne. 

Selon les dirigeants de la CEDEAO et de l’UEMOA, ces sanctions visent à contraindre les autorités de la transition à organiser des élections pour favoriser le retour à un ordre constitutionnel normal.

En effet, ces sanctions sont, entre autres, la fermeture des frontières entre le Mali et les pays membres de la CEDEAO, le gel des actifs maliens au sein de la BCEAO, la suspension des transitions sauf pour les produits pharmaceutiques et ceux de première nécessité, la coupure des aides financières, le rappel des ambassadeurs des pays membres de la CEDEAO au Mali. 

Au regard de la situation, c’est pour témoigner une solidarité africaine à l’endroit du peuple malien que l’Initiative de soutien au peuple malien (ISPM) a été lancée ce mardi 18 janvier 2022 à Ouagadougou.

…notre initiative ne vise aucunement à apporter un quelconque soutien à la junte…

Bassolma Bazié, porte-parole, a expliqué que c’est une initiative citoyenne qui vise à soutenir le peuple malien et non la junte militaire. « Cette initiative, portée par des Africaines et Africains, vise d’une part à réfléchir sur les voies et moyens devant permettre d’assister le peuple malien et d’autre part, contribuer à travers une démarche de dialogue pouvant aboutir à la résolution de la crise diplomatique entre le Mali et la CEDEAO.

Il est important de préciser que notre initiative ne vise aucunement à apporter un quelconque soutien à la junte, et du reste, nous condamnons les coups d’Etat de même que la mauvaise gouvernance qui en est généralement la source principale », a-t-il souligné.

A l’écouter, au-delà du Mali, ces sanctions ne seront pas sans conséquences sur les autres peuples de l’espace CEDEAO au regard des interactions humaines, des échanges économiques et commerciaux voire des liens étroits qu’entretiennent ces peuples unis par l’histoire et la géographie depuis des siècles. 

« L’ouverture des frontières est une préoccupation très urgente »

Boukari Ouoba, membre de l’initiative, a fait savoir que la crise au Mali ne va pas qu’affecter le peuple malien mais toute l’Afrique. « L’ouverture des frontières est une préoccupation très urgente », a-t-il lancé.

Cependant, l’ISPM lance un appel pressant aux chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO et de l’UEMOA à plus de compréhension à l’endroit du peuple malien. Egalement, elle invite les organisations ouest-africaines à lever les sanctions qui ont un impact direct sur le peuple malien et ceux de la sous-région. 

En rappel, l’initiative est une union de personnalités dans divers domaines. Elle est ouverte à toute personne de bonne moralité, sans distinction de nationalité désirant soutenir la cause du peuple malien et celui africain.

L’ISPM s’est fixée des objectifs, entre autres, de contribuer à la réouverture immédiate des frontières maliennes, encourager et exhorter la société civile malienne à parler de la même voix, œuvrer à obtenir le dégel des avoirs du peuple malien dans les institutions financières, rechercher la levée des obstacles sur la jouissance des droits fondamentaux du peuple malien. 

Jules César KABORE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page