Burkina Faso : 23 policiers nationaux régularisent leur situation matrimoniale

Ce jeudi 20 janvier 2022, 23 policiers nationaux ont régularisé leur situation matrimoniale à la mairie centrale de Ouagadougou. Ce mariage collectif a été célébré par le 1er adjoint au maire de Ouagadougou, Moussa Belem. 

La suite après cette publicité

En  vue de permettre aux éléments de la police nationale de régulariser leur situation matrimoniale, la police nationale a organisé un mariage collectif à leur profit. Ce sont 23 policiers nationaux  qui ont pu, à cet effet, se marier légalement.

Le mariage collectif a été célébré par le premier adjoint au maire Moussa Belem. Il a conseillé les couples sur la base du mariage. Le respect mutuel, la fidélité, la communication  et la tolérance doivent être cultivés dans le mariage.

Selon  le contrôleur de police, Dieudonné Ouattara, DG de la police nationale,  il s’agit de  permettre à certains de leurs  éléments d’être en règle vis-à-vis de la loi par rapport à leur situation matrimoniale. Il a félicité les heureux couples du jour et invité les autres à emboiter leurs pas et être dans les bonnes disponibilités dans leurs familles.

Il a conseillé les nouveaux couples également à être des couples exemplaires. « Lorsqu’on passe devant le maire, il donne des conseils par rapport à la vie du couple et on doit respecter ces règles, que ça soit la femme ou l’homme, chacun doit assumer son devoir dans le foyer. En ce qui concerne ceux qui hésitent, je dirai qu’il faut en tout cas, être en règle vis-à-vis de la loi, passer devant le maire pour vraiment poser l’acte », a-t-il invité.

Le DG de la police nationale, le contrôleur de police, Dieudonné Ouattara a invité les autres policiers à emboiter les pas des nouveaux mariés.

Le mariage collectif a été parrainé par Marie Rose Sanou, ancien agent de  la police nationale. Selon elle, étant dans  les mariages à l’espace Dieudonné, elle voit qu’il y a des policiers qui partaient à la retraite qui ne se mariaient pas. C’est pourquoi elle a décidé de les accompagner.

Marie Rose Sanou a laissé entendre qu’avec la situation actuelle, le mariage était prévu en novembre mais il y a  eu des problèmes et ça été reporté pour ce jour.

«(…) Il y a des policiers qui se sont inscrits. Leurs femmes sont venues prendre les mesures pour les tenues. Ils sont retournés au Sahel et il y a un qui est décédé. Ce n’était pas facile pour nous ; donc aujourd’hui mon objectif est que les policiers qui ne sont pas mariés puissent se marier. Ça rassure  leur famille parce qu’ils sont jeunes et vous savez qu’actuellement pour se marier, ce n’est pas facile. Donc si tu dois rester pour économiser pour te marier, ça pose problème et moi en tant qu’une maman qui a séjourné à la police, j’ai pris ça comme bâton de route pour aider mes enfants à régulariser leur situation », a-t-elle expliqué. 

Selon la marraine du mariage collectif, Marie Rose Sanou, il est difficile pour les jeunes policiers de cotiser et se marier. C’est pourquoi elle leur apporte son soutien.

L’Adjudant de police Kadio Yacouba et Zida Clarisse font partie des couples qui se sont dit oui devant le maire Moussa Belem. « C’est un sentiment de joie, mais tout d’abord mes collègues et moi nouvellement mariés, même si nous étions déjà avec nos tendres épouses, nous avons une pensée particulière à l’endroit de nos frères d’armes tombés dans la quête permanente  de la paix pour ce pays, le Burkina Faso », a affirmé l’Adjudant de police Kadio Yacouba.

« Souvent c’est un peu la peur et beaucoup de choses mais il n’y a rien de tel. Il faut l’avoir c’est un document très précieux dans la vie de tout être humain », selon le nouveau marié, l’adjudant de police Yacouba Kadio qui invite ses collègues à emboiter ses pas.

Il a remercié sa  hiérarchie policière et la marraine Sanou qui n’ont ménagé aucun effort pour leur permettre de régulariser leur situation matrimoniale tant attendu par leurs chères épouses. L’Adjudant de police a également invité ses collègues qui ne sont pas parmi eux  à franchir le pas.

Sa désormais épouse Clarisse Kadio a, au nom  des  autres mariées, remercié  la marraine, les chefs de leurs maris et  la police nationale pour tout ce qu’ils ont fait pour eux. « Je suis vraiment heureuse. Je suis très contente ».

Clarisse Kadio, épouse de l’adjudant de police Yacouba Kadio est très heureuse d’être mariée.

Le mariage collectif de la police est à sa 5e édition. A sa première édition, plus de 100 policiers avaient régularisé leur situation matrimoniale. Cette année, ce sont 23 qui ont régularisé leur situation matrimoniale.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page