Burkina : Le Système des Nations Unies lance son plan cadre de coopération 2023-2026

Le système des Nations-Unies au Burkina a procédé ce jeudi 20 janvier 2022 à Ouagadougou au lancement du processus de consultations stratégiques sur le Plan cadre de coopération des Nations unies pour le développement durable pour la période 2023-2026. Ce plan cadre est une suite de celui ayant couvert la période 2018-2020, du lancement du deuxième Plan national de développement économique et social (PNDES-2) qui va de 2021-2025. Il intervient après les changements majeurs récents dans le contexte politique, social et sécuritaire du pays.

La suite après cette publicité

Le plan cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable va couvrir la période de 2023 à 2026 et vise l’épanouissement des populations du Burkina Faso dans une société inclusive, réconciliée, résiliente, prospère et équitable dans le plein respect des droits humains et de l’environnement durable d’ici 2030.

« Les priorités stratégiques seront basées sur plusieurs éléments », Barbara Manzi, coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies et coordonnatrice humanitaire.

« Le lancement de ce processus de consultations stratégiques intervient dans un contexte particulier où le Burkina Faso fait face à des défis multiformes. Le contexte difficile actuel souligne l’importance d’un partenariat renouvelé entre le système des Nations Unies et le pays », a expliqué Barbara Manzi, coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies et coordonnatrice humanitaire.

Elle a signifié l’importance pour les Nations Unies de renforcer ses partenariats avec le Burkina Faso, avec de nouveaux projets, en ce sens, ajoute-t-elle, qu’il reste moins de 10 ans pour eux d’atteindre les Objectifs de développement durable de l’agenda 2030.

« Les priorités de notre cadre de coopération devront notamment prendre cela en compte et c’est pourquoi il est essentiel que sa conception se fasse de manière consultative, collaborative et inclusive avec l’ensemble de nos partenaires », a relevé Barbara Manzi.

Par ailleurs, elle a soutenu que les priorités stratégiques seront basées sur plusieurs éléments à savoir, d’une part faire une analyse approfondie et inclusive des besoins y compris en ce qui concerne la situation de crise. D’autre part, un point d’honneur sera mis sur les priorités nationales afin de renforcer la cohésion sociale et la paix dans le but de  consolider les jalons du développement durable.

Enfin, elle a rappelé que le Système des Nations Unies au Burkina Faso va continuer à travailler avec les équipes pays des Nations Unies afin d’échanger les informations et analyses et mettre en œuvre des projets transfrontaliers et des programmes conjoints dans les secteurs sociaux, économiques, sécuritaires et humanitaires.

Rosine Coulibaly, Ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabès de l’extérieur, a rappelé l’importance et les fondamentaux du partenariat                                                                                                                                                            Quant à Rosine Coulibaly, Ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, elle, a rappelé l’importance et les fondamentaux du partenariat qui répond à des critères. « Le partenariat suppose une vision partagée, le partenariat suppose la participation des acteurs au même titre parce qu’il ne s’agit pas de dire le partenaire donne et le gouvernement reçoit. Il s’agit de dire que c’est un dialogue constructif entre les partis. Un dialogue qui permet de dire nous pensons qu’ensemble la vision du gouvernement est celle-là», a-t-elle lancé.                                                            
Photo de famille

Le plan cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable sera désormais le document de référence des Nations Unies permettant de planifier et de mener des actions d’appui à la mise en œuvre de l’agenda 2030 et des Objectifs de développement durable au Burkina Faso.

Il sera fondé sur les priorités du PNDES-2, et s’inspirer des stratégies nationales, et régionales pertinentes telles que le Programme d’urgence pour le sahel.

Aminata Catherine SANOU (Stagiaire)

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page