A la Place de la Révolution : « Le Balai Citoyen, les Alpha Yago, Eddie Komboïgo, ils étaient où ? » (Mohamed Auguste Koumsongo)

Au lendemain de la prise du pouvoir par le Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), un groupement de jeunes, issus de différentes Organisations de la Société Civile (OSC), se sont rassemblés à la Place de la Révolution de Ouagadougou, ce mardi 25 janvier 2022. Il s’est agi pour ces jeunes de manifester leur soutien à la junte militaire mais aussi d’appeler le peuple à une vigilance « sans faille ».

La suite après cette publicité

C’est connu, depuis le lundi 24 janvier 2022, le Burkina Faso est dirigé par l’armée. Un groupe de jeunes issus de différentes Organisations de Société Civile (OSC), depuis cette prise du pouvoir, squattent la place de la révolution, en guise de soutien à cette junte.

En effet, à l’unanimité, ces centaines de jeunes ont salué cette prise du pouvoir qu’ils refusent d’ailleurs de qualifier d’un « coup d’État ». 

« Nous sommes ici pour réitérer notre soutien à la junte militaire. Nous croyons fermement à l’armée, c’est la politique qui a divisé notre armée. Maintenant, il faut qu’elle soit à l’écoute du peuple. Nous avons enregistré 4 800 morts de nos frères FDS, VDP et Civil, la CEDEAO était où ? L’UA, l’UE étaient où ? Nous avons pleuré et saigné ; donc aujourd’hui nous félicitons l’armée. Il ont pris ce pouvoir pour sauver le peuple », s’est exprimé l’activiste Mamadou Abdel Kader Traoré, couramment appelé “Papus Traoré”.  

Au-delà de ce soutien, ces jeunes ont également mis en garde toutes OSC et personnalités politiques qualifiées « d’arrivistes » de vouloir profiter de la situation pour se faire la lumière.

« Le Balai Citoyen, les Alpha Yago, Eddie Komboïgo, ils étaient où ? Nous voulons d’un Burkina nouveau sans les coûts des politiques. Le peuple burkinabè sait qui est qui, il sait qui sont ceux qui étaient sur le terrain pour leurs intérêts. Ils étaient où quand on nous gazait et nous prenait dans les pick-up ? Des vendus, je dis et je le répète on n’a pas peur d’eux. C’est des vendeurs, des casseurs de lutte. S’ils veulent, on ira les chercher où ils sont », déclare Mohamed Auguste Koumsongo, un des responsables du Mouvement sauvons le Faso.

Mohamed Auguste Koumsongo, un des responsables du mouvement sauvons le Faso.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page